31 déc. 2013

Top Ten Tuesday#1

Aujourd'hui comme le thème m'inspirait j'ai décidé de participé à ce rendez-vous si célèbre dans la blogosphère :)
 
 

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini.
Ce rendez-vous a initialement été créé par
The Broke and the Bookish et repris en français sur mon blog.
 
 Les 10 résolutions littéraires pour 2014
 
1. Lire 50 romans (au minimum)
 
2. Réduire ma PAL à zéro
 
3. Finir les sagas qui trainent désespérément dans ma bibliothèque
 
4. Lire quelques classiques
 
5. Lire un livre en anglais
 
 6. Poster plus de chroniques littéraires sur le blog
 
7. Et bien sûr continuer à visiter vos charmants blogs et à faire de belles rencontres bloguesques !
 
 
Voilà, je m'arrête à sept, en espérant que ça me portera chance :)
 
 
Passez un excellent réveillon, profitez-en, amusez-vous bien et on se retrouve très vite !
 
soon

29 déc. 2013

Marque-page #18



Voici le nouveau marque-page de la semaine. Dites-moi ce que vous en pensez :)
A très vite !



25 déc. 2013

Joyeux Noël, Alexandre Jardin

Quatrième de couverture:

- Croyez-moi, il est possible de mener sa vie en disant tout. Une existence sans déni ? Sans angle mort ! s'écria la jeune femme.
- Vous n'avez donc aucun secret ?
- Si, des montagnes ! rétorqua-t-elle.
- Alors ?
- Mes secrets me construisent, mes angles morts me détruisent.
Puis elle ajouta avec jubilation : 
- A Noël, j'offrirai le plus beau des cadeux : ma vérité ! A ceux que j'aime, ma famille. C'est comme cela qu'il faut vivre ! Nous serons vieux plus tard.
- Joyeux Noël !






Joyeux Noël ! Un titre bien opportun en ce jour n'est-ce pas ?
Pourtant je ne l'aurai sans doute pas lu sans l'intervention de Cordelia lors du challenge binôme sur le forum Au fil des Pages.

Joyeux Noël est un roman qui m'avait été offert l'année dernière (je vous laisse deviner à quelle période de l'année) et depuis je n'avais pas eu le courage de l'ouvrir, un peu rebutée, je l'avoue honteusement, par sa couverture que je trouve assez laide. 
Cependant l'adage selon lequel l'habit ne fait pas le moine s'est vérifié avec ce livre qui fut une belle découverte et une belle surprise.

J'ai d'abord été étonnée par le côté très autobiographique du livre : l'auteur s'implique réellement dedans, il apostrophe son lecteur et j'ai eu du mal à discerner la fiction de la réalité (ce qui, à mon avis, était voulu par l'auteur).

Alexandre Jardin nous embarque donc sur une petite île Bretonne, dans une famille assez loufoque il faut le dire. Je ne me suis pas vraiment attachée aux personnages, mais je crois que c'est dû à une volonté (consciente ou non) de l'auteur. En fait j'avais plus l'impression de lire un article de journal qu'un roman. J'exagère bien sûr, mais je veux dire par là que je n'ai rien ressenti au niveau des émotions au cours de ma lecture.  Par contre j'ai été tout à fait intéressée et même captivée par le récit, ça oui !

L'écrivain nous emmène là où il veut avec une facilité déconcertante: on va de surprises en rebondissements et de rebondissements en interrogations. Oui, il faut le mentionner, ce livre est avant tout un ouvrage qui fait réfléchir son lecteur, qui le met face à des situations tour à tour pénibles ou humoristiques, qui le confronte à des choix cornéliens. On est obligé de penser, de se poser des questions, voir de se remettre en question. Pour vous dire, je l'ai lu il y a quelques jours et j'y pense encore. Ce livre à un petit côté philosophique, il aborde de grandes questions dont celle du secret. Ce livre tourne autour de la thématique du réel, de la vérité, du mensonge. C'est un roman bouleversant de sincérité et d'originalité.

Alexandre Jardin nous livre un roman totalement inhabituel, percutant et surprenant. Ce livre est comme un piège bien caché: on tombe dedans sans le voir. 
A lire vraiment :)

Un passage : "Qu'il redoutait, car la dispute séculaire de l'île avec l'océan était suffisante pour qu'on n'en rajoutât pas. Et puis la moindre altercation entre habitants, accoutumés à se dérober derrière les mots, pouvait compromettre l'île. L'isolement a de la mémoire. Le filiations s'y obligent à la fidélité du sang. Dans ce minuscule fief de mer, une sorte de salure conserve tout, surtout les rancoeurs qui, pour certaines, restent à vif depuis trois siècles. Il ne fallait donc pas provoquer à la légère les orgueils claniques. "


18,81€
304 pages

21 déc. 2013

Marque-page #17



Voici le nouveau marque-page de la semaine. Dites-moi ce que vous en pensez :)
A très vite ! Et Joyeux Noël :D







19 déc. 2013

Un air de peinture #4-Auguste Toulmouche

Coucou petit lecteur :)
 Aujourd'hui je voulais vous faire part d'une découverte faite sur le net lors de recherches pour l'école. En effet, je suis tombée sur ce tableau :

 

La lettre, 1874
 
Interpellée et sous le charme j'ai décidé de me renseigner un peu plus sur ce peintre. Il doit être assez méconnu vu le peu d'informations que j'ai réussi à récupérer sur lui.

Auguste Toulmouche est donc né le 21 septembre 1829 à Nantes et mort le 16 octobre 1890 à Paris est un peintre français.

Élève de Charles Gleyre, Toulmouche est retenu par l'histoire de l'art comme le peintre par excellence de la Parisienne : Émile Zola parle des « délicieuses poupées de Toulmouche ».
Cousin par alliance de Claude Monet, il aide et guide ce dernier lors de ses premières années à Paris.
Toulmouche est un des peintres du Second Empire dont la thématique et la notoriété sont comparables à celles d'artistes comme Alfred Stevens ou Carolus-Duran.
Il fut décoré de la Légion d'honneur.

Source texte ici
Source tableaux ici

***
 
 
File:Toulmouche Bride.jpg  
La mariée réticente, 1866
 
Jeune femme dans son intérieur
 
La robe bleue
 
Douce farniente
 
 
Le regard admirateur
 
La toilette

16 déc. 2013

La Liste, Siobhan Vivian

Quatrième de couverture :

La liste nomme 8 filles chaque année.
Les 4 plus belles et les 4 plus laides du lycée.
Et si votre nom s’y trouvait ?

Une tradition odieuse sévit au lycée de Mount Washington : tous les ans, une semaine avant le bal de début d’année, une liste est placardée dans les couloirs. Personne ne sait qui établit cette liste. Et personne n’a jamais réussi à empêcher qu’elle soit publiée. Invariablement, chaque année, la plus belle et la plus laide des troisièmes, des secondes, des premières et des terminales sont désignées. 8 filles en tout. 8 filles qui se retrouvent sous les projecteurs impitoyables du lycée. 8 filles qui vont voir leur vie brusquement changer… pour le meilleur ou pour le pire ?



La Liste faisait partie de ma wish-list depuis un bout de temps et j’ai eu l’occasion de le lire grâce à une amie de ma sœur qui me l’a gentiment prêté.

Aussitôt entre mes mains, aussitôt lu. La Liste vous l’aurez compris, est une véritable tradition à Mount Washington. Elle paraît infailliblement tous les ans quelques semaines après la rentrée et bouleverse la vie de huit jeunes filles. En bien comme en mal.

J'ai été avant tout attirée par le concept original de la Liste qui change le destin de 8 filles très différentes, de manière arbitraire et tout à fait subjective. On leur colle une étiquette de "belle" ou de "moche", on leur impose et ensuite à elles de vivre avec ça. Pas évident-évident je trouve. J'étais donc intriguée de voir comment l'auteure allait traiter le sujet et honnêtement, sur ce point là, je n'ai pas été déçue, Siobhan Vivian ayant réussi à me surprendre.

En revanche, au départ j'ai eu du mal à m'attacher à certaines jeunes filles les jugeant trop superficielles, trop lisses (voire banales) pour être intéressantes, l'auteure restant assez "en surface" au  niveau de leur psychologie. En fait je pense que la durée de l'action du livre (une semaine) est trop courte pour qu'on puisse réellement appréhender toutes les facettes de la personnalité de chaque fille. Cependant rien de catastrophique non plus car à partir du milieu du livre on sent une réelle évolution des filles et mon impression globale qui n'était déjà pas mauvaise s'est vue rehaussée. 

Enfin, le style de l'auteure: si sa plume est fluide et sans accrocs, elle n'emporte pas le lecteur plus loin que ça. 

En bref, La Liste fut un agréable moment de lecture, divertissant et sympathique sans pour autant être spécialement marquant. Si vous cherchez un petit livre pour vous détendre, il saura vous convaincre j'en suis sûre :)

Un passage : «Abby Warner tourne autour du ginkgo biloba en promenant sa main sur les épais renflements de l’écorce. Une petite brise lui mord les jambes, découvertes du bas de sa jupe en velours côtelé jusqu’à ses ballerines. Il fait presque un temps à mettre des collants, mais Abby s’en passera aussi longtemps qu’elle supportera le froid, ou que son bronzage tiendra. Selon qui lâchera en premier. »


15,50€
406 pages

15 déc. 2013

Coup de vent du dimanche #2



Bonjour à tous en ce dimanche gris :)

Comme la semaine dernière je viens vous montrer deux petites choses.

La première chose, est la seconde partie du concours de Saefiel du blog Les Petits Mots de Saefiel. Foncez il y a plein de lots superbes à gagner :)



Et puis aujourd'hui j'ai reçu ceci dans mon calendrier fait-maison par ma Maman  



A très vite :D

13 déc. 2013

Marque-page #16



Voici le nouveau marque-page de la semaine. Dites-moi ce que vous en pensez :)
A très vite !



10 déc. 2013

Hunger Games: L'embrasement #cinema



 
Tout d'abord, quelques infos pratiques : 


Réalisé par Francis Lawrence. Avec Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson, Liam Hemsworth... 
Durée : 2h22 min

Ensuite mon avis :
Je vous préviens cette chronique ne sera absolument pas objective, le film m’ayant totalement et pour le moins réjouie !

Il me tardait terriblement de voir ce film (deux ans quand même c’est long !) et je m’y suis donc rendue avec une amie comme convenu entre nous depuis belle lurette.
Je savais qu’il me plairait mais jamais je n’aurais imaginé que l’aimerais à ce point. J’avais en effet adoré le premier mais cette suite est véritablement… époustouflante. Fantastique, merveilleuse… magique. Je ne sais pas, je n’arrive pas à trouver de mots assez forts pour décrire ce que j’ai ressenti en regardant The Catching Fire. Un chatoiement d’émotions qui vous prennent sans prévenir et ne vous relâchent qu’à la fin du film pour vous laisser repartir le cœur battant et des images plein les yeux. Vous allez peut être penser que j’exagère mais pas du tout, c’est vraiment ce que j’ai éprouvé.

Au niveau du jeu des acteurs, rien à dire, ils collent tous parfaitement à leur rôle. Si lors du premier opus je n’avais pas été tout à fait conquise par Jennifer Lawrence je ne peux pas en dire autant avec le second : elle joue magnifiquement bien et c’est un régal de la suivre tout au long du film. Pareil pour Josh Hutcherson dans le rôle de Peeta : il m’a littéralement convaincu alors que dans le premier volet il m’avait laissé sur ma faim. Je me suis vraiment attachée à lui. Quant à Liam Hemsworth alias Gale lui m’avait déjà fait complètement craquer alors je regrette simplement son peu de présence à l’écran hihi
Petite mention spéciale à l'acteur qui jouait Finnick et pour lequel j’ai eu un vrai coup de cœur :)

Les 2h30 sont passées en un éclair, pour tout vous dire à la fin du film je me suis dit : « Déjà ? Oh non ! ». Je suis vraiment rentrée dedans, on s’y croyait tellement que ça en devient presque fou !

Autres points importants parce qu’ils jouent un rôle énorme dans mon appréciation du film: les costumes, les maquillages, les décors étaient vraiment fabuleux, ce qui donnaient des images d’une qualité remarquable.

En bref, une adaptation on ne peut plus fidèle et à la hauteur du livre et de mes espérances :D
Oh! et je suis ravie que le tome 3 soit divisé en deux parties, ainsi je pourrais me régaler deux fois plus haha 

8 déc. 2013

Coup de vent du dimanche

Coucou les amis :)

Aujourd'hui, un petit article pour vous montrer/communiquer quelques petites choses.

D'abord le colis que j'ai reçu il y a un petit bout de temps déjà de la part d'Alice du blog Les lectures d'Alice. En effet j'ai eu la chance de gagner le 2ème prix lors du concours des un an de son blog. Voila merci encore Alice ♥ Le livre que j'ai choisi et une très jolie carte de sa ville :)


***

Ensuite je tenais à vous faire partager un lien vers la toute récente boutique de décorations artisanales d'une amie. Vous y trouverez de tout: des guirlandes de fanions (sa spécialité) aux trousses, en passant par des pochettes, des couvertures pour bébés jusqu'aux pots à crayons !


D'ailleurs en ce-moment elle propose un concours très sympa pour gagner une guirlande de fanions :) Alors n'hésitez pas et allez y faire un tour :)

                                                                                ***

En parlant de concours, foncez chez Saefiel du blog Les petits mots de Saefiel il y a plein de jolis lots à gagner :)

C'est par ici les amis :




***

Enfin dans un registre un peu moins léger, je vous propose de signer une pétition très sérieuse concernant une aberration économique et écologique : le chalutage en eaux profondes, qui est reconnu comme l’une des méthodes de pêche les plus destructrices de l’histoire.  Ces pêches industrielles dévastent le patrimoine naturel de l’humanité en rasant des coraux multimillénaires, détenteurs du record de longévité animale sur terre. 

Je vous invite à signer par ici, ça prend deux minutes et je pense que ce geste peut vraiment changer les choses :)

Et si je nous ai pas vraiment convaincu aller donc voir par ici, Pénélope Bagieu en parle beaucoup mieux que moi :)


A très vite :D

6 déc. 2013

La Page Blanche, Pénélope Bagieu



Quatrième de couverture :

Une jeune femme reprend ses esprits sur un banc sans se rappeler ni son nom ni ce qu'elle fait là. Menant l'enquête tant bien que mal, elle tente de retrouver la mémoire et son identité. Mais que va-t-elle découvrir ? Un passé romanesque fait de drames et de romances ou l'existence banale d'une femme ordinaire ? Et dans ce cas, saura-t-elle devenir quelqu'un après avoir été quelconque ?









Pour commencer je tenais à préciser que je ne suis pas une grande amatrice de BD, j’en lis très peu et j’en achète encore moins, mon avis sera donc très subjectif :)

La Page Blanche me tentait depuis un moment déjà, je l’avais repéré sur le blog de sa dessinatrice, Pénélope Bagieu, que je suis régulièrement et dont j’apprécie beaucoup le style.

L’histoire est donc celle d’une jeune femme qui se « réveille » un jour sur un banc sans aucuns souvenirs de son passé, de son présent, pire de qui elle est ! A travers de minutieuses recherches dont on est spectateur, elle part en quête de son identité, ou plutôt… d’elle-même. 
Pénélope Bagieu et Boulet nous livre là une bande dessinée tout à fait charmante, remarquable d’intelligence, bourrée de sens et de messages à décrypter.

Au début je lisais sans vraiment faire attention et puis c’est comme si un déclic c’était produit ; je ne saurais dire quand mais d’un coup je n’ai plus pu lâcher la BD, prise dans ses filets insidieux et si doux. Le personnage d’Eloïse ne m’a pourtant pas forcément charmé, c’est plutôt le message qu’elle véhiculait, sa quête qui m’ont touchés. Par contre j’ai beaucoup apprécié Sonia, une collègue d’Eloïse qu’on apprend à découvrir en même temps qu’elle : cette femme est l’incarnation de la gentillesse et il me semblait presque qu’elle allait sortir du papier tellement elle semblait vivante.

En bref cette BD est empreinte d’une véritable délicatesse ; elle se lit d’un souffle et passe comme une rafale. A lire :)



Le blog de Pénélope Bagieu : http://www.penelope-jolicoeur.com/

Celui de Boulet : http://www.bouletcorp.com/

21,81€

3 déc. 2013

Marque-page #15



Voici le nouveau marque-page de la semaine. Dites-moi ce que vous en pensez :)
A très vite !



1 déc. 2013

Moi après mois...Novembre 2013

Excusez moi du peu de mises à jour de cette semaine, je vais me rattraper la semaine prochaine :D


~ Hello December ~



Back to school//Bientôt la première épreuve de bac... en badminton//Viser le 8/20//Faire sa JDC et s'ennuyer sans s'ennuyer vraiment//Chercher des bottes//Inscriptions au mini-swap n°5//Le jeudi ça ne réussit à personne//Voir de la famille//Avoir de bonnes notes en philo et les compliments du prof//Recevoir des cartes du monde entier: Brésil, Allemagne, Russie, Finlande...//Code, code, code...//Devoirs, devoirs, devoirs//Envoyer une tasse avec des ailes bleus à sa meilleure amie//Me rendre compte qu'une fille de ma classe l'a croisée durant l'été alors que nous habitons à 900 km l'une de l'autre//Dormir chez une amie//Demander à ma maman de faire ses excellents cookies//Papoter jusqu'à 6 heures du matin et ressembler à un zombie le lendemain//Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part d'Anna Gavalda//Il était une forêt//Zoanthropes, tome 2 de Matthias Rouage//L'anniversaire de ma maman//Allez deux vaccins de plus... Plus que trois !//Les sorcières de Salem d'Arthur Miller// Le Festival des Trois Continents//Voir deux fims iraniens, Djomeh et Bending the Rules//Aller en ville avec une amie//Penser qu'on à le temps//Se rendre compte que finalement, non//Trouver un café scandinave//Prendre un chocolat danois//Hunger Games, mon amour//Commencer mon calendrier de l'Avent... ça sent Noël!

29 nov. 2013

Marque-page #14



Voici le nouveau marque-page de la semaine. Dites-moi ce que vous en pensez :)
A très vite !





22 nov. 2013

Il était une forêt #cinéma

Vendredi dernier, j'ai été voir Il était une forêt, un charmant documentaire sur les forêts tropicales.



Tout d'abord, quelques infos pratiques : 

Réalisé et écrit par Luc Jacquet (La Marche de l'empereur, Le Renard et l'Enfant), en collaboration avec le botaniste Francis Hallé.
Durée : 1h15 min

Ensuite mon avis :

J'avoue qu'au départ je n'étais pas plus enthousiaste que cela à l'idée d'aller voir ce documentaire. Pour tout vous dire j'avais un peu peur de m'ennuyer et si j'ai décidé de me lancer, c'est plus par engagement et conviction que par réelle motivation. Et finalement... mes appréhensions et idées préconçues se sont avérées tout à fait injustifiées. Ce film montre comment les forêts tropicales ont été créées en l'espace de sept siècles, comment elles vivent et meurent en un cycle perpétuel et intemporel. Le documentaire balaie la vie des arbres de leurs premières pousses à leur combats contre les menaces extérieures telles les animaux, la sécheresse... 
J'ai appris une foultitude de choses, Francis Hallé est un merveilleux conteur et ses anecdotes sont absolument surprenantes pour ne pas dire parfois presque surréalistes.

Même si vous n'êtes pas un passionné de nature, Il était une forêt vaut le coup d’œil rien que pour la beauté sans pareil de ses images.

En bref, courez à la salle de cinéma la plus proche, promis vous ne le regretterez pas :)

19 nov. 2013

Marque-page #13



Voici le nouveau marque-page de la semaine. Dites-moi ce que vous en pensez :)
A très vite !



18 nov. 2013

Zoanthropes, Matthias Rouage #tome 2


Quatrième de couverture :

Après la trahison de Varuna et Soire, Shina doit faire face au réveil de Sedna Aletis, chef de l'organisation qui la poursuit. Quand il détruit le gouvernement zoanthropien et prend le contrôle du pays, elle n’a plus qu’une seule arme pour le contrer : la vérité. Elle décide alors de retourner là où tout à commencé, en pays humain, alors que s’y organise une révolution. Pour découvrir que la vérité sur l’origine des zoanthropes et empêcher Sedna d’anéantir la race humaine, elle va devoir affronter son propre passé, et ses propres origines…








Souvenez-vous, il y a quelques mois je vous parlais du premier tome de cette saga, découverte sur Livraddict et en partenariat avec les éditions Scrineo. Je les remercie d'ailleurs pour ce nouveau partenariat. Si mon avis était très mitigé sur le premier tome la fin m'ayant rendu curieuse j'ai voulu laisser une seconde chance à Matthias Rouage, . J'ai bien fait. 

Commençons par le commencement. Le style de l'auteur. C'est en fait là, le seul véritable point négatif du livre. Bien que j'ai noté une amélioration par rapport au tome précédent je ne suis toujours pas convaincue par certaines tournures de phrases, les répétitions sont assez nombreuses et les figures de style relativement cliché. Bon c'est dit. Ce n'est que mon avis et comme ce bouquin est destiné à un public jeunesse je ne pense pas que cela constitue un énorme désagrément.

Parce que pour tout vous dire ce livre en vaut la peine. Au niveau de l'intrigue j'ai été tout à fait sous le charme, Matthias Rouage réussit très bien à maintenir son lecteur en haleine, alternant révélations chocs et rebondissements à la chaîne sans que je ne vois rien venir. Ce qui est tout de même très agréable. L'auteur sort véritablement le grand jeu avec des retournements de situations excellents qui pimentent l'action. Ils utilisent tous les moyens possibles et imaginables pour attiser la curiosité de son lecteur (avec des secrets en veux-tu-en-voilà notamment... Et j'adoooore les secrets !). Le livre prend une réelle consistance au fur et à mesure de la lecture, avec un univers approfondi et intéressant et une atmosphère tout à fait charmante.

Les personnages sont également beaucoup plus aboutis. Shina m'a beaucoup moins agacée, elle est plus nuancée dans ses paroles et dans ses actes, les épreuves qu'elle traverse et ses réactions sont plus crédibles. Les personnages secondaires des deux camps s'affrontant sont aussi bien sympathiques et réalistes. Enfin, je me suis énormément attachée à June et je regrette simplement le peu de détails sur elle. 

En bref un second tome bien meilleur que le précédent. Je vous conseille de tout cœur ce livre qui conviendra parfaitement à un public jeune adolescent voir adolescent :)


Un passage : "Elle poussa un cri terrifiant. Les flammes qui entouraient son corps explosèrent. La zoanthropes fut soudainement entourée d'une tornade de flammes ardentes. Des étincelles semblables à des braises furent projetées dans les airs autour d'elle. Elle arracha les plumes de corbeau fichées dans sa peau. Des filets de sang se mirent à couler, mais en quelques secondes, grâce aux pouvoirs du phénix, les plaies commencèrent déjà à se refermer."

16,90€
350 pages

14 nov. 2013

Livres en vue #7

Et voici ma petite sélection du jour :)

Le journal de Philol, Hassan Yaël



Pour son quinzième anniversaire, Philomène, dite Philol, reçoit en cadeau de sa mère un journal intime.
Trop ringard ? Pas tant que ça, finalement. Raconter sa vie et celle des autres, c’est un régal, surtout quand les événements se bousculent au lycée et à la maison.
Et puis Philol tombe folle amoureuse de Nathan, le roots de la classe, le beau gosse que convoite cette punaise d’Aurélie, une fille capable des pires horreurs. Comme si ça ne suffisait pas, voilà que Morgane, vilain petit canard du lycée, fait une TS (tentative de suicide), suite au message baveux d’un mystérieux corbeau, qui distille sa haine sur Internet.





Avant toi, Jojo Moyes


Ses jours sont comptés. Mais quand on aime, on ne compte pas. Lou est une fille ordinaire qui mène une vie monotone à souhait. Quand elle se retrouve au chômage, dans ce trou paumé de l’Angleterre dont elle n’est jamais sortie, Lou accepte un contrat de six mois pour tenir compagnie à un handicapé. Malgré l’accueil glacial qu’il lui réserve, Lou va découvrir en lui un jeune homme exceptionnel, brillant dans les affaires, accro aux sensations fortes et voyageur invétéré. Mais depuis l’accident qui l’a rendu tétraplégique, Will veut mettre fin à ses jours. Lou n’a que quelques mois pour le faire changer d’avis.

13 nov. 2013

Marque-page #12



Voici le nouveau marque-page de la semaine. Dites-moi ce que vous en pensez :)
A très vite !


10 nov. 2013

La lettre à Helga, Bergsveinn Birgisson

Quatrième de couverture :
« Mon neveu Marteinn est venu me chercher à la maison de retraite. Je vais passer le plus clair de l’été dans une chambre avec vue plongeante sur la ferme que vous habitiez jadis, Hallgrímur et toi. » Ainsi commence la réponse – combien tardive – de Bjarni Gíslason de Kolkustadir à sa chère Helga, la seule femme qu’il aima, aussi brièvement qu’ardemment, d’un amour impossible.
Et c’est tout un monde qui se ravive : entre son élevage de moutons, les pêches solitaires, et sa charge de contrôleur du fourrage, on découvre l’âpre existence qui fut la sienne tout au long d’un monologue saisissant de vigueur. Car Bjarni Gíslason de Kolkustadir est un homme simple, taillé dans la lave, pétri de poésie et d'attention émerveillée à la nature sauvage.
Ce beau et puissant roman se lit d’une traite, tant on est troublé par l’étrange confession amoureuse d’un éleveur de brebis islandais, d’un homme qui s’est lui-même spolié de l’amour de sa vie.

 
J'ai reçu ce livre dans le cadre des matchs de la rentrée littéraire PriceMinister-Rakuten et je les remercie de tout cœur car, autant le dire tout de suite, j'ai beaucoup aimé La lettre à Helga.
 
Dès les premières pages on entre dans l'univers de Bjarni, fermier de 90 ans ô combien poétique. On est plongé au cœur même de sa vie qu'il retrace brièvement, ainsi qu'au centre de ses pensées, qui tournent la majorité du temps autour de Helga (en même c'est à elle qu'il écrit la lettre, normal). Bjarni parle de la façon dont il a résisté à son amour mais aussi à son désir pour Helga. Puis il nous emmène vers les hauts sphères du bonheur qu'il a côtoyées pour mieux en chuter après. 
Ce livre m'a fait l'effet d'un rêve, d'un songe. On le lit sans s'en apercevoir et on en ressort avec un goût de nostalgie sur la langue.
 
J'imagine que le style d'écriture de Bergsveinn Birgisson y est pour quelque chose. Il arrive à mêler simplicité, poésie et langage rural de façon tout à fait naturelle, sans jamais tomber dans la vulgarité ou le cliché.
 
Quant aux personnages je n'ai pas vraiment réussi à m'attacher à Unnur, la femme de Bjarni, trop enfermée dans sa douleur pour véritablement m'émouvoir. On ressent également un certain détachement de la part de Bjarni envers elle bien qu'il soit attentionné et tente de la comprendre. Au final on connait assez peu Helga, sauf à travers les descriptions de Bjarni, mais j'aurai eu besoin d'un point extérieur pour la trouver réellement sympathique. Et puis on trouve également diverses personnages mais l'auteur reste assez en surface, on ne fait que les croiser brièvement. Enfin, Bjarni lui-même m'a un peu agacé dans son ambivalence : dès qu'il obtient ce qu'il veut hop! il fuit. C'est assez frustrant pour le lecteur. Mais il reste un personnage complexe et agréable à suivre, auquel je me suis finalement attachée. 
 
En bref, ce livre n'est pas un coup de cœur mais passe comme une lettre à la poste (haha). Si vous aimez l'Islande, le monde rural, les atmosphères un brin nostalgique et les histoires d'amours impossibles je vous conseille vivement La lettre à Helga.  

Je lui attribue la note de 15/20.

Un passage: "J'ai senti que j'aimais cette pauvre moribonde, cette femme agonisante qui n'avait pour ainsi dire personne au monde. Il m'a paru que j'avais eu raison de croupir dans mon coin avec elle pendant toutes ces années. Sinon, qui ce serait occupé d'elle ? Des larmes ont roulé le long de ses joues comme de toutes petites vagues de chagrin. A l'extérieur de la maison de retraite, c'était le soir, la circulation avait presque cessé. La lueur d'un réverbère entrait dans la chambre et faisait luire ses joues mouillées de larmes. Et puis elle est morte. Au milieu de la nuit. Dans un rêve. "


144 pages
16,50 €

.