Articles

Affichage des articles du juin, 2013

Livres en vue #1

Image
Voici mes nouvelles trouvailles du jour, vous les retrouverez dans ma wish-list :)


Histoire d'Alice, qui ne pensait jamais à rien (et de ses quatre maris, plus un), Francis Dannemark

Quatrième de couverture :
« J'ai rencontré ma tante en novembre 2001, le jour de l'enterrement de sa sœur. L'enterrement de ma mère, pour le dire autrement. Je savais qu'elle s'appelait Alice mais je ne la connaissais pas. Je connaissais encore moins l'histoire extravagante et fascinante de sa vie et de ses maris. Je ne lui ai pas demandé d'ouvrir la malle de ses souvenirs et de ses secrets ; elle l'a fait quand même. » Quand Paul rencontre pour la première fois sa tante Alice, elle a soixante-treize ans. Elle est anglaise et veuve. De nombreuses fois veuve. Elle va lui raconter les joies et les peines de son incroyable existence aux quatre coins du monde. Et lui apprendre qu'amour peut rimer avec grâce et humour – même quand la vie est en larmes.


Le Prince d'Eté, Al…

Zoanthropes, Matthias Rouage

Image
Quatrième de couverture : Shina Sirkis vit dans un monde futuriste où les Zoanthropes, créatures hybrides mi-hommes mi-bêtes, sont traqués par les humains. Le jour de son entrée à l’université, elle est angoissée… Son amie vient de se transformer et a été abattue par son père, un intervenator. Elle sait que si le test de dépistage obligatoire s’avère positif, il n’hésitera pas à tuer sa propre fille… Une aventure haletante avec une tension dramatique permanente, où une série de rebondissements mêle complots, trahisons et organisations secrètes. Autant d’obstacles que devra affronter Shina qui, très vite, se révèlera… Unique.
Il y a 60 ans, une guerre mondiale terrible s'est déclenchée, tuant des milliards d'humains et rasant au passage l'Asie, l'Océanie et l'Afrique. A la suite de cette guerre dévastatrice est apparue une nouvelle espèce : les Zoanthropes. Ces créatures étranges, craintes et haïs des humains vivent en Europe tandis que les humains "normaux" …

Liebster Award par Topobiblioteca

Image
Topobiblioteca que vous pouvez retrouver ici m'a gentimment tagué dans ce Blog Award ! Cela me fait très plaisir et je la remercie :)
Mais d'abord une petite explication s'impose :
Liebster vient de l’allemand, et signifie « le préféré », le « favori », le « plus cher ».  Le Liebster Blog Award est accordé à des blogueurs ayant moins de 200 abonnés.
Quelques règles à suivre pour recevoir cet Award : -Chaque nominé doit écrire 11 choses sur lui, - Chaque nominé doit répondre aux 11 questions de la personne qui l’a tagué, et créer à son tour 11 autres questions, -  Chaque nominé doit choisir 11 autres blogueurs, insérer le lien vers leurs sites dans son article et les informer de ce tag, - Interdit de taguer son tagueur ! 11 petites choses sur moi : -J'ai un prénom très court et très commun. -Je viens d'avoir 17 ans et ça ne me rend pas forcément heureuse. -Je suis en filière littéraire et je compte m'orienter vers une fac de droit. -Je monte à cheval depuis toute petite,…

J'ai vécu... le Mur de Berlin

Image
Le Mur de Berlin. En troisième je me souviens avoir été vivement intéréssée par le sujet. Sans aller plus loin. Et puis, à l'occasion d'un cours sur la guerre froide il y a quelques jours, j'ai fouillé un peu le C.D.I de mon lycée.
Et je suis tombée là-dessus :



Exactement ce que je cherchais. Des témoignages. Du concret quoi.
Au nombre de trois ils offrent un magnifique éclairage sur la vie à Berlin : avant, pendant et après le mur.
A l'Ouest d'abord avec un monsieur très courageux, Ralph Kabisch, qui a aidé à la construction d'un passage sous-terrain. Il a défié les gardes-frontières et aidé à s'évader des dizaines de fugitifs.
Sur le Mur ensuite, avec un garde-frontière justement, Raimur Richard dont le nom a été changé. En effet il est considéré par certains "comme un homme à abattre" car "pour une partie de l'opinion publique allemande, avoir été garde-frontière au temps de l'Allemagne de l'Est, c'est aussi terrible qu'avoi…

Vivants, Isaac Marion

Image
Quatrième de couverture :
R est un zombie. Il n'a pas de nom, pas de
souvenirs, pas de pouls. Mais il rêve. Dans
les ruines d'une ville dévastée, R rencontre
Julie. Elle est vivante, palpitante. C'est un
jaillissement de couleurs dans un camaïeu
de gris. Et sans vraiment savoir pourquoi,
R choisit de ne pas la tuer. C'est le début
d'une étrange relation, à la fois tendre et
dangereuse. Ce n'était jamais arrivé. R
bafoue les règles des Vivants et des Morts.
Il veut respirer de nouveau, il veut vivre,
et Julie va l'aider. Mais leur monde ne se
laissera pas transformer sans combattre.
Mon premier livre sur les zombies. J'aurai pu plus mal tomber !
Déjà premier point positif, la couverture. Sobre, intrigante : elle illustre bien l'histoire en fait.
R. est donc un zombie. Soit. Même si je ne m'y connais pas franchement en zombie, j’ai trouvé l'histoire originale et bien développée. J’ai particulièrement aimé la fin qui ne m’a pas laissé sur ma faim (jeu…

Un petit air de peinture

Image
Aujourd'hui, je vais vous parler d'un peintre pour lequel j'ai eu un vrai coup de coeur, j'ai nommé James Tissot.



Jacques-Joseph Tissot, dit James Tissot, né à Nantes le 15 octobre 1836 et mort à Chenecey-Buillon en 1902, est un peintre et graveur français. Il a passé une partie de sa vie en Angleterre où il était apprécié comme peintre de la haute société de l'époque victorienne.
Après des études à l'Ecole des beaux-arts de Paris, il expose au Salon de 1859 des œuvres plutôt traditionnelles, puis il devient le peintre des toilettes féminines et de la société mondaine de la fin du Second Empire. Après la guerre de 1870 et la Commune de Paris, il s'installe à Londres en 1871 où il réussit brillamment comme peintre de l'élégance féminine et comme caricaturiste pour Vanity Fair. À la mort de sa compagne Kathleen Newton en 1882, il revient à Paris et expose avec succès des portraits de femmes de diverses conditions sociales dans leur environnement quotidien. …

Une place à prendre, J.K. Rowling

Image
Quatrième de couverture :

Bienvenue à Pagford, petite bourgade tranquille en apparence idyllique. Un notable meurt. Sa place est à prendre...
Comédie de moeur, tragédie teintée d'humour noir, satire féroce de nos hypocrisies sociales et intimes, ce premier roman pour adulte révèle sous un jour inattendu un écrivain prodige.

Impressions :

Une place à prendre est avant tout un roman de J.K Rowling et ceci n'est pour moi, absolument pas négligeable, bien que qu'il n'est rien à voir avec Harry Potter donc je ne parlerai pas -ou presque. Je vous dis ça simplement parce que c'est avec une grande joie que j'ai lu et reçu ce roman dont j'attendais beaucoup et qui, autant l'avouer de suite, m'a énormément plu.J'ai trouvé le début relativement lent mais en même temps, il permet de mettre en place tous les éléments d’une intrigue qu’on sent déjà complexe. Cependant une fois le décor et les personnages posés, je me languissais de découvrir la suite que j’espéra…

Tom Petit homme Tout petit homme Tom, Barbara Constantine

Image
Impressions :Quatrième de couverture :
Tom a onze ans. Il vit dans un vieux mobile home
avec Joss, sa mère (plutôt jeune : elle l'a eu à treize ans
et demi). Comme Joss adore faire la fête et partir
en week-end avec ses copains, Tom se retrouve
souvent seul. Et il doit se débrouiller. Pour manger,
 il va chaparder dans les potagers voisins... Mais comme
il a peur de se faire prendre et d'être envoyé à la  Ddass
 (sa mère lui a dit que ça pouvait arriver et qu'elle
 ne pourrait rien faire pourle récupérer), il fait très attention.
Un soir, en cherchant un  nouveau jardin où faire
ses courses, il tombe sur Madeleine  
(quatre-vingt-treize ans), allongée au milieu
de ses choux, en larmes parce qu’elle n’arrive
pas à se relever. Elle serait certainement morte,
la pauvre  vieille, si le petit Tom n'était pas passé par là...Ce qui m'a d'abord frappé avec ce livre ? Sans doute son titre : un peu imprononçable au début mais qui, finalement, se révèle assez marrant à prononce…