31 déc. 2015

Résultats du Concours de Noël


Coucou chers petits lecteurs chéris, 

Je reviens aujourd'hui avec les résultats du Concours de Noël qui a, à mon plus grand plaisir, remporté un franc succès avec pas moins de 41 participations ! Je vous remercie d'avoir participé et également pour vos gentils petits mots ! 

Enfin venons-en aux faits ! Les gagnantes sont ....


Lot n°1 : Mayabouille
Lot n°2 : Oce-Bookaddict
Lot n°3 : Paraty62
Lot n°4 : Plume de Chat
Lot n°5 : Panthère
Lot n°6 : Les livres de Nancy - Julie27 - Little red
Lot n°7 : Althea
Lot n°8 : Maia

Vous devriez recevoir vos lots rapidement, je transmets vos adresses à mes adorables partenaires dès aujourd'hui :)

A très vite ♥︎

28 déc. 2015

In my mailbox #13



In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine (ou chaque mois) dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

*** 
 
Je vous retrouve aujourd'hui pour vous montrer les jolies nouveautés de ma bibliothèque :)
 
Tout d'abord pour Noël j'ai reçu :
 
 
Phobos, tome 2 de Victor Dixen (que j'ai d'ailleurs déjà fini et dont il me tarde vraiment vraiment beaucoup de lire la suite)
La Passe-Miroir, tome 2 de Christelle Dabos que j'attendais depuis plus de 2 ans et qu'il me tarde énormément de découvrir !
 
Ensuite j'ai reçu de la part des éditions de la Boîte à Pandore que je remercie vivement :
 
 
 Superglu pour cœur brisé de Julie Grêde !
 
Enfin j'ai reçu de la part des éditions Sarbacane que je remercie également :
 
 
Dans le désordre de Marion Brunet que j'ai très hâte de lire vu le nombre de chroniques ultra positives que j'ai lu dessus !
♥ Et je me suis achetée L'appel de l'ange de Guillaume Musso. Je n'ai jamais lu de roman de cet auteur et celui-ci me tentait depuis longtemps, bon j'avoue que ce n'était pas très raisonnable mais à 3,70€ comment résister ?!
 
Avez-vous lu ces romans ? Si oui qu'en avez-vous pensé ?
 



25 déc. 2015

Dylan Dubois, Martine Pouchain

Quatrième de couverture
Après un an en foyer, Dylan, un garçon de 16 ans tendre et solitaire, rentre chez lui... où une surprise l'attend : son père a remplacé sa mère, partie trois ans plus tôt.
A priori, Dylan n'a rien contre Cynthia, sa séduisante belle-mère, Sauf quand elle met son chien Rusty dehors "parce qu'elle ne supporte pas son odeur".
Et puis, Dylan ne comprend pas pourquoi son père mute caniche dès qu'elle le siffle...
Mais le pire, c'est quand il comprend.
Cynthia n'est pas juste une belle-mère désagréable : c'est une machine à démolir les gens.
Dylan n'a plus qu'une issue : se tirer avec Rusty, direction la forêt !




Je remercie les éditions Sarbacane pour cet envoi !


Encore un livre qui m’a tapé dans l’oeil grâce à sa couverture… Je la trouve tellement jolie, totalement dans l’air du temps !
Enfin passons à des remarques quelque peu plus constructives si vous voulez bien. 

Tout d’abord, l’histoire en elle-même. En fait à mon sens il y a deux phases dans le roman : l’une où Dylan est dans sa famille et l’autre où il fait sa fugue. J’ai eu une nette préférence pour la seconde partie. Non pas que je n’ai pas aimé la première mais j’ai moins accroché, j’étais moins dedans sans doute parce que les personnages m’intéressaient moins ou étaient vraiment horripilants (mention spéciale à Cynthia qui est sans doute l’un des personnages que j’ai le plus détesté de tous les livres que j’ai lu, cette femme mon Dieu se dire qu’il en existe vraiment des comme ça dans la réalité… Ca donne des frissons dans le dos !). La seconde partie était plus lumineuse, plus intrigante, brillante, palpitante… Dylan se découvre, fait des rencontres qui le marqueront à tout jamais… Oui j’ai vraiment commencé à passer un très bon moment de lecture à partir de la seconde partie du livre.

Dylan est un personnage assez atypique, il ne se sent chez lui que dans la forêt avec son chien, en marge des autres qui ne le comprenne pas. J’ai été assez séduite par ce personnage très frais et original. Les personnages secondaires également m’ont beaucoup plu, ils sont vraiment travaillés, ce sont des personnages qui apportent un vrai relief à l’histoire. Je pense particulièrement au père de Dylan qui m’a beaucoup agacé mais que j’ai beaucoup apprécié également de par son humanité et sa faiblesse face à une femme au charme dévastateur. 

Quant au style de l’auteur il est assez simple, doux, agréable à lire. Mais je n’ai pas trouvé ce petit plus qui fait que je suis totalement sous le charme de la plume d’un auteur. C'est sans doute le fait que le narrateur soit un garçon de seize ans qui m'a gêné car l'auteur reprend son vocabulaire ce qui donne un ton très parlé au roman.


En bref, Dylan Dubois est un roman que j’ai bien apprécié, c’est une lecture agréable que je vous recommande si vous aimez la nature notamment. 

Un passage : "Une sacrée chance que je sois de bonne humeur : il en faut, pour affronter ma chambre dévastée par la mini-tornade Pedro. Ce petit monstre à pattes est rentré avant moi de l'école et, le lundi étant le jour de congé de sa mère, ils ont eu tout le temps de refaire la décoration. Pedro est allé à bonne école vu que Cynthia laisse tout traîner, y compris ses strings, porte-jarretelles rouges ou noirs frisottés de dentelle et soutien-gorge assortis. En vertu de cette bonne éducation, son môme a tendance à virer cataclysme à lui tout seul. "

280 pages
15, 5 €

21 déc. 2015

Concours de Noël 2015


ATTENTION à tous ceux qui ont participé avant le mardi 22/12 11h, je vous demanderais de bien vouloir remplir le formulaire à nouveau car je me suis trompée il s'agissait du formulaire d'un ancien concours, je ne peux donc pas prendre en compte vos participations à moins que vous ne rejouiez ce que je vous conseille beaucoup ! Mille excuses !

Bonjour à tous ! 

Je suis vraiment ravie de vous retrouver aujourd'hui, les partiels du premier semestre sont enfin finis, désormais place à deux semaines et demi de vacances youpiii

Je suis d'autant plus heureuse de revenir vers vous car depuis quelques semaines je vous prépare une jolie surprise qui j'espère vous fera plaisir ! 

Alors voilà pour Noël j'ai eu envie de vous gâter, d'éclairer un peu ce temps gris mais si doux, et peut être d'ajouter un cadeau au pied de votre sapin :) Je tenais avant tout à remercier les auteurs et les maisons d'éditions qui m'ont permis de réaliser ce grand concours ! 

Enfin trêve de bavardages et place aux lots :

Lot n°1 & 2 - De ma bibliothèque personnelle 
(mention spéciale pour Into the Wild qui m'a beaucoup plu) 


Lot n°3 - De la part des Editions Sarbacane - Un lot de marques-pages
 (je vous mets des exemples, il est probable que vous en receviez des différents)



















Lot n°4 - De la part des Editions Sarbacane 


Lot n°5 - De la part des Editions La Boîte à Pandore 


Lot n°6 - Marques-pages dédicacés de Camille Thomas (3 gagnants)



Lot n°7 - De la part de Julie Jkr, auteur auto-édité


Lot n°8 - Vous pouvez également participer sur Instagram




Les conditions pour participer : 

♥︎ Remplissez ce questionnaire : clique
♥︎ Le gagnant sera tiré au sort et annoncé sur ce blog. Si je n'ai pas de nouvelles dans les 72h, un nouveau tirage au sort sera effectué.
♥︎ Le concours est ouvert à la France métropolitaine.
♥︎ Une seule participation par foyer.
♥︎ Les Maisons d'Editions, les auteurs et moi-même déclinons toute responsabilité en cas de problèmes avec le colis.
♥︎ Le concours se termine le 30 décembre 2015 à minuit.

Bonne chance ♥


13 déc. 2015

Rosa Candida, Ava Audur Olafsdottir

« Ceux qui arrivent à entrer un court instant dans la vie des autres peuvent avoir plus d'importance que ceux qui y sont installés depuis des années. »


Quatrième de couverture :
Le jeune Arnljótur va quitter la maison, son frère jumeau autiste, son vieux père octogénaire, et les paysages crépusculaires de laves couvertes de lichens. Sa mère a eu un accident de voiture. Mourante dans le tas de ferraille, elle a trouvé la force de téléphoner aux siens et de donner quelques tranquilles recommandations à son fils qui aura écouté sans s'en rendre compte les dernières paroles d'une mère adorée. Un lien les unissait : le jardin et la serre où elle cultivait une variété rare de Rosa candida à huit pétales. C'est là qu'Arnljótur aura aimé Anna, une amie d'un ami, un petit bout de nuit, et l'aura mise innocemment enceinte. En route pour une ancienne roseraie du continent, avec dans ses bagages deux ou trois boutures de Rosa candida, Arnljótur part sans le savoir à la rencontre d'Anna et de sa petite fille, là-bas, dans un autre éden, oublié du monde et gardé par un moine cinéphile.



Voilà encore un livre qui a trop longtemps attendu dans ma PàL ! Je me souviens l'avoir commandé sur un coup de tête, je ne sais pas pourquoi mais il me le fallait. Au final il m'aura plus d'un an pour le lire... 
Bref, je ne sais pas trop quoi dire sur ce roman. C'est sans conteste un bon roman mais il ne m'a pas marqué plus que ça. C'est sans doute dû à son atmosphère très particulière, pleine de mélancolie, feutrée, un peu cotonneuse... Vous savez le genre d'ambiance parfaite pour les longues soirées d'hiver.


Amateurs d'aventures et de rebondissements en tout genre passez votre chemin, dans ce livre il ne se passe pas grand chose et c'est peut être ça qui m'a gêné. On suit la lente évolution d'Arnljótur... mais sans vraiment être acteur de l'histoire. Je suis restée très détachée de ce personnage, je n'ai pas vraiment réussi à le cerner, à l'apprécier. C'est un homme... comment le décrire... apathique ? Distant du monde, il m'a semblé vivre totalement dans sa bulle, dans son univers, un peu à part, pas assez humain à mon goût. 
Et puis, la fin m'a aussi embêtée un peu... pour moi c'est une non-fin, en refermant le livre on attend une suite bien qu'apparemment il n'y en est pas ! (oui j'ai une sévère détestation des fins ouvertes, ce point est donc tout à fait subjectif)

Je voulais ajouter aussi que si dans le résumé l'éditeur parle de "road trip" à mon sens il s'agit bien plus d'un voyage initiatique, d'une découverte de soi. Le personnage comprend des choses sur lui-même mais lorsqu'il est arrivé à destination et pas vraiment alors qu'il est en chemin (surtout que son périple ne dure pas très longtemps). D'ailleurs, parfois, je n'ai pas compris où l'auteure voulait en venir : elle ouvre des portes, des thèmes mais ne rentre à fond dedans.

Bon tout de même un point positif : le style de l'auteure est remarquable, tout en longueurs mesurées, plein de finesse et de poésie.

J'ai l'impression d'avoir écrit une chronique bien plus négative que ce que je voulais ! Ce n'est pas rendre justice à ce roman, tout à fait agréable à lire et qui m'a fait passer un très bon moment de lecture. 
En bref, je vous conseille Rosa Candida si vous aimez l'Islande et la délicatesse, les non-dits et les romans lents, l'amour et les ambiances pluvieuses.

Un passage : « Je pourrais assurément me demander, tout comme elle, si je ne suis peut-être pas assez porté sur les femmes. Je peux bien tenir une femme dans mes bras pendant la moitié d’une nuit, mais je ne suis pas sûr de pouvoir la protéger contre ce qu’elle redoute. Les filles ont en général bien plus de choses à dire que moi, elles parlent de leur relation avec le grand-père dont elles étaient les chouchoutes, racontent qu’il leur a appris à jouer aux échecs et qu’il les emmenait au concert avant de tomber malade du cancer de la prostate. »
9,40 €
332 pages

7 déc. 2015

In my wish-list spécial Noël



Coucou à tous ♥︎ 
Ca y est nous sommes en décembre *o* Le mois le plus féérique de l'année est arrivé, sans doute mon mois préféré (le combo vacances + chocolat ne peut que plaider en sa faveur que voulez-vous, le mois de décembre a de sérieux atouts !).
Je vous retrouve donc aujourd'hui pour vous montrer les quelques livres que j'ai demandé à Noël. J'espère que je pourrais vous donner des idées ou du moins que cet article vous plaira ! 

Animale, tome 2, Victor Dixen

Et si le plus merveilleux des contes 
cachait le plus sombre des complots ?
1833, sur une île perdue du Danemark. 
Elle s appelle Blonde, il se nomme Gaspard.
Elle est animale, il est fou d'elle.
Le destin s'apprête à les arracher l'un à l'autre :
ils sont les victimes d'une prophétie
qui bouleversera le monde à jamais.
Blonde parviendra-t-elle à déjouer les plans
de l'énigmatique Reine des neiges,
avec pour seul allié un jeune écrivain nommé Andersen ?

Une héroïne prête à tout pour retrouver celui qu'elle aime, un ennemi insaisissable, une quête éperdue.






➸ La Passe-miroir, tome 2, Christelle Dabos
(2 ans que je l'attend mamamia je ne suis qu'impatience à l'idée de le lire *o*)

Fraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre
à ses dépens les haines et les complots qui couvent

sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette

situation toujours plus périlleuse, peut-elle seulement
compter sur Thorn, son énigmatique fiancé ? Et que
signifient les mystérieuses disparitions de personnalités
influentes à la cour ? Ophélie se retrouve impliquée
malgré elle dans une enquête qui l’entraînera au-delà des
illusions du Pôle, au coeur d’une redoutable vérité.










 Tous nos jours parfaits, Jennifer Niven 


Quand Violet et Finch se rencontrent, ils sont au bord du vide, en haut du clocher du lycée, décidés à en finir avec la vie. 
Finch est la "bête curieuse" de l'école. Il oscille entre les périodes d'accablement, dominées par des idées morbides et les phases "d'éveil" où il déborde d'énergie. De son côté, Violet avait tout pour elle. Mais neuf mois plus tôt, sa sœur adorée est morte dans un accident de voiture. La survivante a perdu pied, s'est isolée et s'est laissée submerger par la culpabilité. 
Pour Violet et Finch, c'est le début d'une histoire d'amour bouleversante: l'histoire d'une fille qui réapprend à vivre avec un garçon qui veut mourir.




1 déc. 2015

Moi après mois... Novembre 2015



Manger au restaurant universitaire avec son prof de politiques européennes// Epique// Parler avec un prêtre// Expérience intéressante// Fêter un an d'amour dans un restaurant so chic// Des petits mots qui adoucissent le coeur// Nos un an assombri// 13 novembre 2015// Cette incompréhension face à la bêtise humaine// N'ont-ils pas d'âme, pas de famille, pas de sentiments autre que la haine ?// La Marseillaise// Aimez vos proches mais aussi ceux qui vous entoure// Revenir à des futilités// 740 abonnés sur Instagram *o*// L'anniversaire de J.// L'anniversaire de ma maman// Organiser un concours de Noël// Faire de belles rencontres à l'occasion// Un nouveau partenariat avec une maison d'éditions// La Boîte à Pandore// Un calendrier home-made par sa maman chérie// De nouvelles étagères design pour mes livres// Happy girl// Le froid qui arrive// Hiver d'amour// Vive Noël// Ne plus avoir de vie// Maudits examens// Vivement les vacances ♥︎


25 nov. 2015

L'éveil de Mademoiselle Prim, Natalia Sanmartin

Quatrième de couverture :
Cherche esprit féminin détaché du monde. Capable d'exercer fonction de bibliothécaire. Pouvant cohabiter avec chiens et enfants. De préférence sans expérience professionnelle. Titulaires de diplômes s'abstenir.


Mademoiselle Prim, bardée de diplômes et sans expérience d'enfants et de chiens, ne répondait qu'en partie à ce profil... Engagée par un étrange gentleman, aussi cultivé que peu délicat, elle va découvrir la singularité et les secrets du petit village de Saint-Irénée d'Arnois. Loin du monde moderne, les habitants semblent s'être mis d'accord pour faire de leur vie un bonheur permanent. Prudence Prim tombe vite sous le charme de ce paradis perdu et de sa devise : profitez de la splendeur des choses simples de la vie !



C’est un roman que ma maman avait amené pour les vacances, et n’ayant pas prévu assez de lecture, je me suis empressée de lui piquer. Mais je l’aurais lu même si j’avais suffisamment eu de livres rien que pour la couverture, absolument sublime.

Tout d’abord, il faut savoir Mademoiselle Prim n’a rien à voir avec le commun des femmes. C’est une jeune femme tout à fait originale. Bardée de diplômes, elle exerce un petit job qui ne lui plait pas et lorsqu’elle tombe sur une petite annonce pas comme les autres, c’est toute sa vie s’en trouve chamboulée.

Elle se retrouve alors dans un drôle de village où tous les habitants ont fuit le bruit et l’agitation des grandes villes, la pression et la consommation à outrance de la civilisation moderne. A St-Irénée d’Artois, chacun produit quelque chose de différent mais tout est local, la ville vivant en autonomie. L’auteure nous ouvre les portes d’un petit paradis, à nous d’en faire bon usage. Mon côté fille-simple voulant retrouver les joies d’une vie où la surconsommation serait bannie en a été émerveillé vous pensez bien. 
Ce roman ouvre des perspectives, il fait beaucoup réfléchir sur nos manières de vivre, de penser, de voir le monde, de communiquer avec les autres. J’ai adoré la mise en avant de la courtoisie et de la politesse et il y a une phrase qui m’a beaucoup marquée car elle expliquait qu’une civilisation était morte à partir du moment où il n’y avait plus de courtoisie… A méditer !


En bref, l’éveil de Mademoiselle Prim est un livre intelligent et poétique, plein de délicatesse et de beauté, mélangeant univers ancien et moderne. Ce livre fut une excellente découverte, je vous le recommande !

Un passage : "Mlle Prim but une gorgée de son thé et s'installa confortablement sur la chaise de l'arrière-boutique. Elle aussi croyait à la valeur des petites choses. Le premier café du matin bu dans sa tasse de Limoges. La lumière du soleil qui filtrait à travers les persiennes de sa chambre et dessinait des ombres sur le sol. Les lectures d'été interrompues par la sieste. L'expression dans les yeux des enfants lorsqu'ils racontent quelque chose qu'ils viennent d'apprendre. Les petites choses construisaient les grandes, cela ne faisait aucun doute."


360 pages
7,30 €

17 nov. 2015

Respire, Anne-Sophie Brasme

« On n'échappe pas à sa propre folie en s’efforçant de vivre comme les gens normaux. »


Quatrième de couverture :


Charlène est une enfant comme les autres, qui vit sans trop se poser de questions, prend ce qu’on lui donne et ne demande rien. Elle habite un immense appartement à Paris avec ses parents, pas très aimants ni très amoureux. Charlène souffre : elle est asthmatique, se sent incomprise, mal aimée. Avec l’entrée au collège commencent de longs mois difficiles, de solitude et d’attente. Jusqu’à l’arrivée de Sarah, brillante, magnétique. Une amitié naît, qui pour Charlène est un don inespéré de la vie, un émerveillement. Avant les petites déceptions, les souffrances, la passion puis le désespoir. Un roman d’une vérité hallucinante écrit par une jeune fille de 17 ans.




J'ai acheté ce roman après avoir lu un avis très positif sur le blog d'Audrey. Sa chronique m'avait donné très envie de le lire surtout qu'il abordait un thème qui m'intéresse beaucoup. Aussi, je voulais le lire avant de voir le film qui me tente énormément ! 

Bon... Je pense que cette chronique sera courte. Ce roman, soit je ne l'ai pas lu au bon moment soit il n'était tout simplement pas fait pour moi. Je n'ai rien à redire sur la forme, je veux dire, tout y est : le style est impeccable, les personnages vraiment uniques, l'histoire se tient... Mais non.




Je ne suis pas entrée dans l'histoire, à mon grand désespoir. Je crois que je m'étais faite une idée trop précise de ce que je voulais trouver dans ce roman et donc, comme il ne correspondait pas à mes attentes j'ai été déçue.

Je n'ai pas réussi à m'attacher à Charlène, trop loin de moi, trop froide... Et j'aurais bien aimé avoir le point de vue de Sarah sur les évènements, je pense que ça aurait apporté davantage de profondeur au roman. Non pas qu'il soit superficiel, non pour le coup on est confronté à une véritable problématique complexe et intéressante. Mais Charlène ne m'a pas touchée, pas émue, je suis restée en dehors de ses tourments, de ses pensées. 

Spoiler Je crois que c'est le fait que Charlène soit un peu dérangée, un peu faible, un peu folle qui ne m'a plu. J'aurais préféré que ce soit une fille totalement normale et équilibrée qui soit mise dans cette situation. Spoiler

En bref, Respire, un roman on ne peut plus recommandable mais que je n'ai pas réussi à apprécier, à mon grand regret. Mais vous aurez sans doute mon avis sur le film bientôt :)

Un passage : Je ne saurai définir l'obsession. Je crois qu'on la porte toujours en soi. Souvent, il suffit de presque rien pour la déclencher. Elle s'immisce en vous, silencieuse, attaque lentement, tortueuse, chaque partie de votre être; mais elle est rusée et terriblement manipulatrice, car elle se fait passer pour votre amie, mais ne manque pas de vous trahir. La souffrance dans tout cela n'est qu'un effet. Lorsqu'on devient fou, on ne se rend pas compte car on n'a pas mal. Le plus douloureux c'est la chute. Le moment où on réalise. Moi non plus je ne voulais rien voir venir. Et puis, forcément, j'ai fini par atterrir...


5,30 €
180 pages

11 nov. 2015

Maudit Karma, David Safier

Quatrième de couverture :
Animatrice de talk-show, Kim Lange est au sommet de sa gloire quand elle est écrasée par une météorite. Dans l'au-delà, elle apprend qu'elle a accumulé beaucoup trop de mauvais karma au cours de son existence. Non seulement elle a négligé sa fille et trompé son mari, mais elle a rendu la vie impossible à son entourage. Pour sa punition, Kim se réincarne en fourmi. Et le pire reste à venir : de ses minuscules yeux d'insecte, elle voit une autre femme la remplacer auprès de sa famille. Elle doit au plus vite remonter l'échelle des réincarnations. Mais, de fourmi à bipède, le chemin est long et les obstacles nombreux…






Pourquoi ce livre ? C'est ma maman qui me l'a offert à l'occasion de notre swap "animaux", il y a de cela presque un an.

Ce livre fut une excellente lecture, parfaite pour les vacances et surtout pour l’été. Si Maudit Karma apparaît comme un livre léger au premier abord, je peux vous assurer qu’il n’en est rien. C’est un livre plein de sagesse, plein d’enseignements à tirer et qui fait beaucoup réfléchir sur la vie et notamment sur la nôtre. Kim Lange en sacrifiant tout pour être au sommet, pour être la meilleure dans son travail, à finalement gâcher sa vie et celles des autres. Pour parvenir à ses fins, elle est devenue une personne mauvaise et cruelle… De là à imaginer que David Safier a voulu faire une critique de notre société actuelle où tout est bon pour devenir le meilleur, où l’individualisme et l’égoïsme sont presque devenus des vertus… il n’y a qu’un pas. Toujours est-il que Kim Lange paye le prix fort pour ses faux pas. 

Kim est un personnage que j'ai beaucoup apprécié, on la suit dans ses différentes réincarnations et les situations qu'elle vit, à la fois tragiques et désopilantes, la font évoluer -parfois contre son gré. Les personnages secondaires m’ont aussi beaucoup plu, ils sont tous très différents et c’est justement cette diversité qui me plait dans les romans en général parce que cela prouve que l’auteur a vraiment travaillé ces personnages, essayant de le rendre le plus humain possible. 

Le thème de la réincarnation est également très intéressant, je crois n’avoir jamais lu d’autres livres abordant cette thématique : ce qui rend Maudit Karma très original à mes yeux et m'a fait apprécier encore davantage ma lecture !

De plus, David Safier est un merveilleux auteur, il écrit vraiment bien, tout en finesse et légèreté et surtout, surtout, il est terriblement drôle ! Honnêtement je n’ai jamais autant ri devant un bouquin (je vous laisse m’imaginer à la piscine en train de réprimer un fou rire au milieu d’une cinquantaine de personnes) (j’ai dû avoir l’air d’une folle en train de s’étouffer haha)

En bref, Maudit Karma est un livre drôle, original, frais et plein de sagesse.

Des passages : "Une minute chez le dentiste, c'est long. Une minute à regarder l'Eurovision, encore plus. Mais la pire épreuve de toutes, c'est la minute qu'il faut à un stupide test de grossesse pour décider s'il affichera ou non un deuxième trait."

"Sur la photo, une grosse femme à qui un stage Weight Watchers aurait fait le plus grand bien fixait l'objectif avec un sourire radieux. Et trois gros enfants qui n'auraient pas déparé l'affiche d'une campagne d'information sur les ravages de l'obésité. Mais cette famille au physique hors normes avait pourtant l'air plus heureuse que la mienne."

342 pages
7,30 €

6 nov. 2015

L'armoire des robes oubliées, Riika Pulkkinen

Quatrième de couverture :


Elsa, la grand-mère d’Anna, est atteinte d’un cancer foudroyant. Entourée de ses proches, elle compte bien profiter de chaque instant, de chaque plaisir, jusqu’au bout : les rayons du soleil, les bains de mer, ou le corps de Martti, son mari depuis plus de cinquante ans, contre le sien. Mais Anna découvre que derrière ce mariage heureux se cache un drame qui a marqué à jamais tous les membres de sa famille. C’est une vieille robe oubliée dans une armoire, trouvée par hasard, qui va réveiller le passé... 









J’ai déniché ce roman qui me faisait de l’oeil depuis longtemps chez un bouquiniste (à moitié prix et en parfait état, comment résister ?).
Ce roman… que dire ? Le lire c’est comme croquer dans une petite sucrerie ou une pâtisserie pleine de crème… C’est ouvrir un écrin de douceur nostalgique… L’armoire des robes oubliées est un roman comme je les aime, tout en finesse, ciselé comme de la dentelle précieuse.
C’est un livre qui donne envie d’aimer tout en faisant craindre l’amour. C’est un roman passionnant, captivant, mais aussi presque dérangeant. Il dévoile l’histoire tragique d’une famille qui fut heureuse sans l’être tout à fait, d’une famille qui croule sous les non-dits, le remord et la culpabilité mais plus que tout, qui sait pardonner. C’est un drame qu’il nous est donné de voir, sans qu’on sache vraiment de quel côté se placer, pour qui prendre parti, qui est vraiment en tort et qui ne l’est pas.
Les mots de Riika Pulkkinen sont exquis, délicats et choisis avec une précision toute délicate. 

J’ai aimé me plonger au coeur des traditions finlandaises, plonger dans les lacs gelés en sortant du sauna pour suivre des personnages fictifs mais pourtant si réels. Ou encore courir dans les prés l’été venu avec les enfants. Les enfants, véritables poumon droit de ce roman tandis que l’amour en est clairement le poumon gauche, les enfants qui se retrouvent au coeur des enjeux lorsque l’amour n’est plus qu’un souvenir douloureux. 

Vous l’aurez compris au travers de cette chronique quelque peu décousue, j'ai beaucoup apprécié ce roman, avant tout pour son atmosphère enchanteresse, terriblement nostalgique et un brin dramatique.  

Petit conseil : livre à lire lors d’une froide soirée d’hiver, le plaisir n’en sera que plus grand !

Un passage : "A chaque époque il y a des gens, jeunes, qui se convainquent que ce qu'ils vivent n'est jamais arrivé à personne d'autres avant eux. Ils croient que leur vie, leurs joies et leurs chagrins mêmes sont exceptionnels. Que leurs amours à eux sont plus fortes que celles des autres. Ils croient que jamais ne leur échoira de sentir le poids des jours. Et peut-être est-ce le cas. Les jeunes possèdent le monde entier et le dilapident sans tristesse, parce qu'ils sont impatients de gagner d'autres mondes, toujours nouveaux."

7,60 €
432 pages

3 nov. 2015

Moi après mois... Octobre 2015



Un concert bien sympathique//Christine and the Queens au top de sa forme//Merci S.//La fille de la ville//Un amoureux toujours prêt à me faire plaisir//Même avec des pizzas//Adaline//Un film assez chouette//Des petites soirées entre amis bien sympathiques//Phobos//♥︎//Bavarder avec Victor Dixen sur Livraddict//Commencer à être surchargée de travail//Des cookies géniaux//Faire des rêves vraiment étranges//Une journée à la mer//L'anniversaire de son Papa//Un livre comme cadeau//Parler beauté naturelle avec passion//Regarder ses petits animaux dans le jardin//330 abonnés sur Instagram OMG//Faire les friperies avec une amie//Ne rien trouver//EnjoyPhoenix dans DALS//Des vacances qui n'en sont pas//Semaine de révision//#neverland pbc pour le mois de novembre//Trouver un cadeau original pour une amie//Ressasser de vieux souvenirs désagréables//Avoir des idées d'articles par dizaine mais de moins en moins de temps pour les réaliser//

29 oct. 2015

Marque-page #38



Voici le nouveau marque-page de la semaine ! Aujourd'hui c'est un spécial Halloween !
J'espère qu'il vous plaira. Dites moi ce que vous en pensez !
A très vite et Happy Halloween ♥


27 oct. 2015

Phobos, Victor Dixen

Quatrième de couverture :
Six prétendantes. Six prétendants. Six minutes pour se rencontrer. L’éternité pour s'aimer.

Ils veulent marquer l'Histoire avec un grand H.
Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d'un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l'émission de speed-dating la plus folle de l'Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.

Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l'une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l'amour. Elle a signé pour un aller sans retour...

Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.




Je remercie chaleureusement les éditions Robert Laffont et tout particulièrement la Collection R pour l’envoi de ce roman ainsi que Livraddict pour leur organisation.

Lorsque j’ai vu ce roman c’est simple, j’ai su qu’il me le FALLAIT et qu’il serait un coup de coeur. Oui oui comme ça, direct, d’un coup bim, le coup de foudre. Alors autant vous dire que j’ai été ravie (doux euphémisme… en réalité j’ai hurlé de joie et prévenu tout le quartier) qu’il soit proposé aux partenariats par Livraddict. Après avoir rafraichit la page environ 550 fois, j’ai enfin pu poser ma candidature et, ô joie, j’ai été sélectionné. 

Bon. Avant tout je dois vous prévenir que ce livre nuit gravement à la vie sociale. Mais aussi aux études et au sommeil. Vous voilà avertis. Pour être plus explicite, je n’ai pas lâché ce livre jusqu’à ce que je l’ai fini (sauf peut être pour aller en cours… et encore. J’ai même été jusqu’à me lever plus tôt pour lire, chose totalement invraisemblable croyez-moi). 

Bref, je crois que je pourrais presque arrêter ma chronique ici parce que vous devez avoir saisi l’essentiel : j’ai a-do-ré ce roman. Mais cela ne ferait pas très sérieux, aussi je vais essayez de vous démontrer de manière objective pourquoi vous devez vous ruer chez le libraire le plus proche pour acheter Phobos.

Tout d’abord, first point : la forme. Rien que là on sent bien chez M. Dixen un sens inné du suspens, je dirais même presque un sens inné de la torture mais j’exagèrerais un peu. L’auteur a en effet réussi, par un habile jeu de changement de narration, à engendrer un suspens absolument divin, transformant son roman en un véritable page-turner. Il a réussi à instaurer chez son lecteur la même impatience qu’un spectateur peut ressentir devant une émission de télé-réalité qui ne passe qu’une fois par semaine à la télé (oui je suis une grande fan de Koh-Lanta, j’avoue tout).
Ensuite j’ai trouvé que prendre la télé-réalité comme thème était simplement une excellente idée. J’avoue que j’appréhendais un peu ce point là, ayant été totalement déçue par la Sélection de Kierra Cass qui ne traite, à mon sens, pas du tout de la télé-réalité. Mais c’est que Mme Cass (je m’excuse pour les fans) n’a pas une once du talent de M. Dixen. Lui a réussi a faire de la télé-réalité un des thèmes principal de son roman et ce, d’une façon magistralement aboutie. 

Et puis, le plus important sans doute : le contenu ! Je pourrais vous parler pendant des heures et des heures de mon adoration totale pour Léonor (qui porte un prénom que j’adore et qui en plus est ROUSSE non mais what c’est juste l’héroïne parfaite Ö). Je pourrais aussi vous parler de chacun des personnages qui l’entoure tant ils sont tous intéressants, tous parfaitement approfondis et travaillés, tant ils m’intriguent tous autant qu’ils sont (mention spéciale pour Serena McBee). 
Et je pourrais aussi vous parler du travail de recherche extrêmement sérieux et minutieux qu’a mené Victor Dixen sur Mars, pour aboutir à un roman d’une richesse incroyable et tout simplement passionnant ! 

Mais je vais m’arrêter là de peur de vous faire fuir mes petits lecteurs adorés (j’ai l’impression que je pourrais faire une thèse sur ce roman) ! Je m’étais promis de ne pas trop m’extasier sur Phobos pour vous laissez le droit de ne pas le lire, mais j’ai le sentiment que c’est raté. Alors lisez-le huhu


En bref, vous l’aurez compris, je suis totalement sous le charme de Victor Dixen, Phobos a été un véritable coup de coeur et j’ai vraiment hâte d’avoir la suite entre les mains ! (et mon petit doigt m’a dit que ce second tome ne sera pas le dernier…)

Un passage : "Il n'y a que la mort qui soit simple, et éternelle. Parce que tu vois, la vie, c'est compliqué, et c'est terriblement court. On a l'impression qu'on a tout le temps devant soi, mais en réalité c'est comme une séance de speed-dating : à peine entré dans la bulle, c'est déjà le moment de dégager."

433 pages
17,90 €