25 nov. 2015

L'éveil de Mademoiselle Prim, Natalia Sanmartin

Quatrième de couverture :
Cherche esprit féminin détaché du monde. Capable d'exercer fonction de bibliothécaire. Pouvant cohabiter avec chiens et enfants. De préférence sans expérience professionnelle. Titulaires de diplômes s'abstenir.


Mademoiselle Prim, bardée de diplômes et sans expérience d'enfants et de chiens, ne répondait qu'en partie à ce profil... Engagée par un étrange gentleman, aussi cultivé que peu délicat, elle va découvrir la singularité et les secrets du petit village de Saint-Irénée d'Arnois. Loin du monde moderne, les habitants semblent s'être mis d'accord pour faire de leur vie un bonheur permanent. Prudence Prim tombe vite sous le charme de ce paradis perdu et de sa devise : profitez de la splendeur des choses simples de la vie !



C’est un roman que ma maman avait amené pour les vacances, et n’ayant pas prévu assez de lecture, je me suis empressée de lui piquer. Mais je l’aurais lu même si j’avais suffisamment eu de livres rien que pour la couverture, absolument sublime.

Tout d’abord, il faut savoir Mademoiselle Prim n’a rien à voir avec le commun des femmes. C’est une jeune femme tout à fait originale. Bardée de diplômes, elle exerce un petit job qui ne lui plait pas et lorsqu’elle tombe sur une petite annonce pas comme les autres, c’est toute sa vie s’en trouve chamboulée.

Elle se retrouve alors dans un drôle de village où tous les habitants ont fuit le bruit et l’agitation des grandes villes, la pression et la consommation à outrance de la civilisation moderne. A St-Irénée d’Artois, chacun produit quelque chose de différent mais tout est local, la ville vivant en autonomie. L’auteure nous ouvre les portes d’un petit paradis, à nous d’en faire bon usage. Mon côté fille-simple voulant retrouver les joies d’une vie où la surconsommation serait bannie en a été émerveillé vous pensez bien. 
Ce roman ouvre des perspectives, il fait beaucoup réfléchir sur nos manières de vivre, de penser, de voir le monde, de communiquer avec les autres. J’ai adoré la mise en avant de la courtoisie et de la politesse et il y a une phrase qui m’a beaucoup marquée car elle expliquait qu’une civilisation était morte à partir du moment où il n’y avait plus de courtoisie… A méditer !


En bref, l’éveil de Mademoiselle Prim est un livre intelligent et poétique, plein de délicatesse et de beauté, mélangeant univers ancien et moderne. Ce livre fut une excellente découverte, je vous le recommande !

Un passage : "Mlle Prim but une gorgée de son thé et s'installa confortablement sur la chaise de l'arrière-boutique. Elle aussi croyait à la valeur des petites choses. Le premier café du matin bu dans sa tasse de Limoges. La lumière du soleil qui filtrait à travers les persiennes de sa chambre et dessinait des ombres sur le sol. Les lectures d'été interrompues par la sieste. L'expression dans les yeux des enfants lorsqu'ils racontent quelque chose qu'ils viennent d'apprendre. Les petites choses construisaient les grandes, cela ne faisait aucun doute."


360 pages
7,30 €

17 nov. 2015

Respire, Anne-Sophie Brasme

« On n'échappe pas à sa propre folie en s’efforçant de vivre comme les gens normaux. »


Quatrième de couverture :


Charlène est une enfant comme les autres, qui vit sans trop se poser de questions, prend ce qu’on lui donne et ne demande rien. Elle habite un immense appartement à Paris avec ses parents, pas très aimants ni très amoureux. Charlène souffre : elle est asthmatique, se sent incomprise, mal aimée. Avec l’entrée au collège commencent de longs mois difficiles, de solitude et d’attente. Jusqu’à l’arrivée de Sarah, brillante, magnétique. Une amitié naît, qui pour Charlène est un don inespéré de la vie, un émerveillement. Avant les petites déceptions, les souffrances, la passion puis le désespoir. Un roman d’une vérité hallucinante écrit par une jeune fille de 17 ans.




J'ai acheté ce roman après avoir lu un avis très positif sur le blog d'Audrey. Sa chronique m'avait donné très envie de le lire surtout qu'il abordait un thème qui m'intéresse beaucoup. Aussi, je voulais le lire avant de voir le film qui me tente énormément ! 

Bon... Je pense que cette chronique sera courte. Ce roman, soit je ne l'ai pas lu au bon moment soit il n'était tout simplement pas fait pour moi. Je n'ai rien à redire sur la forme, je veux dire, tout y est : le style est impeccable, les personnages vraiment uniques, l'histoire se tient... Mais non.




Je ne suis pas entrée dans l'histoire, à mon grand désespoir. Je crois que je m'étais faite une idée trop précise de ce que je voulais trouver dans ce roman et donc, comme il ne correspondait pas à mes attentes j'ai été déçue.

Je n'ai pas réussi à m'attacher à Charlène, trop loin de moi, trop froide... Et j'aurais bien aimé avoir le point de vue de Sarah sur les évènements, je pense que ça aurait apporté davantage de profondeur au roman. Non pas qu'il soit superficiel, non pour le coup on est confronté à une véritable problématique complexe et intéressante. Mais Charlène ne m'a pas touchée, pas émue, je suis restée en dehors de ses tourments, de ses pensées. 

Spoiler Je crois que c'est le fait que Charlène soit un peu dérangée, un peu faible, un peu folle qui ne m'a plu. J'aurais préféré que ce soit une fille totalement normale et équilibrée qui soit mise dans cette situation. Spoiler

En bref, Respire, un roman on ne peut plus recommandable mais que je n'ai pas réussi à apprécier, à mon grand regret. Mais vous aurez sans doute mon avis sur le film bientôt :)

Un passage : Je ne saurai définir l'obsession. Je crois qu'on la porte toujours en soi. Souvent, il suffit de presque rien pour la déclencher. Elle s'immisce en vous, silencieuse, attaque lentement, tortueuse, chaque partie de votre être; mais elle est rusée et terriblement manipulatrice, car elle se fait passer pour votre amie, mais ne manque pas de vous trahir. La souffrance dans tout cela n'est qu'un effet. Lorsqu'on devient fou, on ne se rend pas compte car on n'a pas mal. Le plus douloureux c'est la chute. Le moment où on réalise. Moi non plus je ne voulais rien voir venir. Et puis, forcément, j'ai fini par atterrir...


5,30 €
180 pages

11 nov. 2015

Maudit Karma, David Safier

Quatrième de couverture :
Animatrice de talk-show, Kim Lange est au sommet de sa gloire quand elle est écrasée par une météorite. Dans l'au-delà, elle apprend qu'elle a accumulé beaucoup trop de mauvais karma au cours de son existence. Non seulement elle a négligé sa fille et trompé son mari, mais elle a rendu la vie impossible à son entourage. Pour sa punition, Kim se réincarne en fourmi. Et le pire reste à venir : de ses minuscules yeux d'insecte, elle voit une autre femme la remplacer auprès de sa famille. Elle doit au plus vite remonter l'échelle des réincarnations. Mais, de fourmi à bipède, le chemin est long et les obstacles nombreux…






Pourquoi ce livre ? C'est ma maman qui me l'a offert à l'occasion de notre swap "animaux", il y a de cela presque un an.

Ce livre fut une excellente lecture, parfaite pour les vacances et surtout pour l’été. Si Maudit Karma apparaît comme un livre léger au premier abord, je peux vous assurer qu’il n’en est rien. C’est un livre plein de sagesse, plein d’enseignements à tirer et qui fait beaucoup réfléchir sur la vie et notamment sur la nôtre. Kim Lange en sacrifiant tout pour être au sommet, pour être la meilleure dans son travail, à finalement gâcher sa vie et celles des autres. Pour parvenir à ses fins, elle est devenue une personne mauvaise et cruelle… De là à imaginer que David Safier a voulu faire une critique de notre société actuelle où tout est bon pour devenir le meilleur, où l’individualisme et l’égoïsme sont presque devenus des vertus… il n’y a qu’un pas. Toujours est-il que Kim Lange paye le prix fort pour ses faux pas. 

Kim est un personnage que j'ai beaucoup apprécié, on la suit dans ses différentes réincarnations et les situations qu'elle vit, à la fois tragiques et désopilantes, la font évoluer -parfois contre son gré. Les personnages secondaires m’ont aussi beaucoup plu, ils sont tous très différents et c’est justement cette diversité qui me plait dans les romans en général parce que cela prouve que l’auteur a vraiment travaillé ces personnages, essayant de le rendre le plus humain possible. 

Le thème de la réincarnation est également très intéressant, je crois n’avoir jamais lu d’autres livres abordant cette thématique : ce qui rend Maudit Karma très original à mes yeux et m'a fait apprécier encore davantage ma lecture !

De plus, David Safier est un merveilleux auteur, il écrit vraiment bien, tout en finesse et légèreté et surtout, surtout, il est terriblement drôle ! Honnêtement je n’ai jamais autant ri devant un bouquin (je vous laisse m’imaginer à la piscine en train de réprimer un fou rire au milieu d’une cinquantaine de personnes) (j’ai dû avoir l’air d’une folle en train de s’étouffer haha)

En bref, Maudit Karma est un livre drôle, original, frais et plein de sagesse.

Des passages : "Une minute chez le dentiste, c'est long. Une minute à regarder l'Eurovision, encore plus. Mais la pire épreuve de toutes, c'est la minute qu'il faut à un stupide test de grossesse pour décider s'il affichera ou non un deuxième trait."

"Sur la photo, une grosse femme à qui un stage Weight Watchers aurait fait le plus grand bien fixait l'objectif avec un sourire radieux. Et trois gros enfants qui n'auraient pas déparé l'affiche d'une campagne d'information sur les ravages de l'obésité. Mais cette famille au physique hors normes avait pourtant l'air plus heureuse que la mienne."

342 pages
7,30 €

6 nov. 2015

L'armoire des robes oubliées, Riika Pulkkinen

Quatrième de couverture :


Elsa, la grand-mère d’Anna, est atteinte d’un cancer foudroyant. Entourée de ses proches, elle compte bien profiter de chaque instant, de chaque plaisir, jusqu’au bout : les rayons du soleil, les bains de mer, ou le corps de Martti, son mari depuis plus de cinquante ans, contre le sien. Mais Anna découvre que derrière ce mariage heureux se cache un drame qui a marqué à jamais tous les membres de sa famille. C’est une vieille robe oubliée dans une armoire, trouvée par hasard, qui va réveiller le passé... 









J’ai déniché ce roman qui me faisait de l’oeil depuis longtemps chez un bouquiniste (à moitié prix et en parfait état, comment résister ?).
Ce roman… que dire ? Le lire c’est comme croquer dans une petite sucrerie ou une pâtisserie pleine de crème… C’est ouvrir un écrin de douceur nostalgique… L’armoire des robes oubliées est un roman comme je les aime, tout en finesse, ciselé comme de la dentelle précieuse.
C’est un livre qui donne envie d’aimer tout en faisant craindre l’amour. C’est un roman passionnant, captivant, mais aussi presque dérangeant. Il dévoile l’histoire tragique d’une famille qui fut heureuse sans l’être tout à fait, d’une famille qui croule sous les non-dits, le remord et la culpabilité mais plus que tout, qui sait pardonner. C’est un drame qu’il nous est donné de voir, sans qu’on sache vraiment de quel côté se placer, pour qui prendre parti, qui est vraiment en tort et qui ne l’est pas.
Les mots de Riika Pulkkinen sont exquis, délicats et choisis avec une précision toute délicate. 

J’ai aimé me plonger au coeur des traditions finlandaises, plonger dans les lacs gelés en sortant du sauna pour suivre des personnages fictifs mais pourtant si réels. Ou encore courir dans les prés l’été venu avec les enfants. Les enfants, véritables poumon droit de ce roman tandis que l’amour en est clairement le poumon gauche, les enfants qui se retrouvent au coeur des enjeux lorsque l’amour n’est plus qu’un souvenir douloureux. 

Vous l’aurez compris au travers de cette chronique quelque peu décousue, j'ai beaucoup apprécié ce roman, avant tout pour son atmosphère enchanteresse, terriblement nostalgique et un brin dramatique.  

Petit conseil : livre à lire lors d’une froide soirée d’hiver, le plaisir n’en sera que plus grand !

Un passage : "A chaque époque il y a des gens, jeunes, qui se convainquent que ce qu'ils vivent n'est jamais arrivé à personne d'autres avant eux. Ils croient que leur vie, leurs joies et leurs chagrins mêmes sont exceptionnels. Que leurs amours à eux sont plus fortes que celles des autres. Ils croient que jamais ne leur échoira de sentir le poids des jours. Et peut-être est-ce le cas. Les jeunes possèdent le monde entier et le dilapident sans tristesse, parce qu'ils sont impatients de gagner d'autres mondes, toujours nouveaux."

7,60 €
432 pages

3 nov. 2015

Moi après mois... Octobre 2015



Un concert bien sympathique//Christine and the Queens au top de sa forme//Merci S.//La fille de la ville//Un amoureux toujours prêt à me faire plaisir//Même avec des pizzas//Adaline//Un film assez chouette//Des petites soirées entre amis bien sympathiques//Phobos//♥︎//Bavarder avec Victor Dixen sur Livraddict//Commencer à être surchargée de travail//Des cookies géniaux//Faire des rêves vraiment étranges//Une journée à la mer//L'anniversaire de son Papa//Un livre comme cadeau//Parler beauté naturelle avec passion//Regarder ses petits animaux dans le jardin//330 abonnés sur Instagram OMG//Faire les friperies avec une amie//Ne rien trouver//EnjoyPhoenix dans DALS//Des vacances qui n'en sont pas//Semaine de révision//#neverland pbc pour le mois de novembre//Trouver un cadeau original pour une amie//Ressasser de vieux souvenirs désagréables//Avoir des idées d'articles par dizaine mais de moins en moins de temps pour les réaliser//