28 avr. 2017

Week-end à 1000 - 28 au 30 avril 2017


Le week-end à 1000 est un challenge organisé par Lili Bouquine. L'idée est de lire 1000 pages le temps d'un week-end - vendredi soir à partir de 19h, jusqu'au dimanche à minuit. A savoir aussi que le week-end à 1000 est ouverts à tous. Il n'est absolument pas réservé aux blogueurs. 

Comme on ne peut pas dire que je sois submergée par le travail (bien qu'à ce rythme je vais bientôt l'être mais passons), j'ai décidé de me lancer ce gros challenge. Cela me motivera à sortir de Jane the Virgin et Riverdale et Gilmore Girls et  

Sans plus attendre je vous montre ma petite sélection de livres à lire durant ce week-end :





Fleur de Neige = 378 pages
Les Maîtres du vent = 430 pages
Saisis ta chance Bartholomew Neil = 378 pages 

Ce qui nous fait un total de 1186 pages. Je ne pense pas réussir à lire les trois livres et je ne le souhaite d'ailleurs pas car étant actuellement en Angleterre je n'aurais ensuite plus rien à lire jusqu'au 12 mai haha


______________________________

♥︎ Vendredi 22h30 - 0h30 ♥︎
J'ai commencé Fleur de neige et à l'heure où j'ai refermé le bouquin j'avais lu 100 pages

♥︎ Samedi ♥︎
Seulement 32 pages de plus de lues à 18h30... Je vais essayer de me rattraper ce soir ! 

26 avr. 2017

Appuyer sur étoile, Sabrina Bensalah

Quelques saisons ? Quelques mois ? Avril ne sait pas combien de jours il reste à sa mémé avant "d'appuyer sur Etoile". Un jour, à l’hôpital, mémé lui expose son rêve : s'éteindre en haut d'une montagne. Assez près des étoiles pour les toucher. Projet fou ? Impossible ? Sauf qu'Avril a justement l'énergie qui déplace les montagnes... La mort gagnera sans doute, à la fin ; mais elle a affaire à deux sacrées combattantes.










Tout d'abord je remercie les éditions Sarbacane pour ce magnifique envoi.

Appuyer sur Etoile... un titre un peu mystérieux, n'est ce pas ? Ne vous inquiétez pas, vous en trouverez assez vite la signification... Et vous comprendrez alors que ce livre est bien plus profond que ce que sa couverture quelque peu enfantine et naïve ne pourrait le suggérer à première vue. 

Avril... D'habitude j'ai un peu de mal avec les héroïnes mais cette fille... Elle m'a prise aux tripes vraiment, avec ses cheveux aux couleurs changeantes, avec son humour décapant, avec ses punchlines et son discours so "body positif". Qu'est-ce que je l'ai aimé ! En fait, soyons clairs j'ai aimé tous les personnages de ce roman. Mais Avril avait ce petit grain de folie en plus vous voyez ? Ce petit grain de folie qui a rendu ce roman si unique et précieux à la fois. 

A vrai dire, en voyant que le roman était l'oeuvre de Sabrina Bensalah j'ai eu un peu peur car j'avais été assez déçu par son premier roman publié chez Sarbacane également : Vers le bleu. Je suis toutefois heureuse de pouvoir vous dire que je me suis définitivement réconciliée avec l'auteure et que je la remercie pour avoir réussi à me faire passer un merveilleux moment de lecture. Sa plume douce et franche m'a absolument enchantée et je vous garantis que si ses personnages étaient réels je lui aurai déjà demandé leurs numéros pour les rencontrer haha

En bref, Appuyer sur Etoile est un roman doudou dont on ressort avec des étoiles dans les yeux et des papillons dans le ventre.


Un passage : Un visage marqué, c’est bien plus qu’une question de beauté. Chaque ride est une ligne de vie. Vous voyez celle qui court le long de vos yeux ? C’est un sillon creusé par une larme de joie quand votre fils est né. Et celle-ci, cette ride un peu plus longue tout près de votre bouche ? C’est votre appétit de vivre.

15, 50 €
224 pages

15 avr. 2017

Harry Potter and the cursed child, J.K Rowling, J. Tiffany & J. Thorne


D'après une nouvelle histoire originale de J.K. Rowling, John Tiffany et Jack Thorne, la nouvelle pièce de théâtre de Jack Thorne, "Harry Potter et l'Enfant Maudit" est la huitième histoire de la saga Harry Potter et la première histoire de Harry Potter officiellement destinée à la scène. La première mondiale de la pièce aura lieu à Londres dans un théâtre du West End le 30 juillet 2016.


Être Harry Potter n'a jamais été facile et ne l'est pas davantage depuis qu'il est un employé surmené du Ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus, doit lutter avec le poids d'un héritage familial dont il n'a jamais voulu. Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus. 




Croyez le ou non mais dans mon Université anglaise il y a une librairie. Oui oui vous avez bien lu (et même qu'ils vendent des Funko Pop et des mugs Harry Potter) (les anglais ont vraiment des bons côtés). Bref, vous imaginez bien que j'y passe des heures et je n'ai pas pu résister à l'idée de commander ce magnifique objet-livre en version originale ! 

Pour celles qui me connaissent bien (même très très bien) vous savez que je ne lis habituellement pas en VO (oui c'est très paradoxale d'aller faire un semestre en Angleterre mais de ne pas vouloir lire en VO... pour être honnête c'est de la pure flemme !). Enfin, toujours est-il que je me suis dit qu'une pièce de théâtre sur HP devrait me motiver suffisamment : simplicité + peu de textes = une lectrice flemmarde heureuse.

Je me suis donc vaillamment lancée à l'assaut de cette lecture et... j'ai mis environ un mois à le lire tout en m'interdisant de lire quoi que ce soit d'autre avant de l'avoir fini (sinon je l'aurai lâchement abandonné) ce qui explique mon maigre bilan du mois de mars. 
Malgré tout, après une grande vague de motivation j'ai enfin réussi à venir à bout de cette pièce qui m'a finalement laissé une impression vaguement amère.

Sans vous spolier je dirais que je n'ai pas accroché avec Albus dont les choix plus que douteux m'ont souvent laissé perplexe. Je n'ai pas non plus véritablement retrouvé le Harry Potter dont je me souvenais... Certes le temps fait évoluer les personnes mais là je l'ai juste trouvé fade et sombre. Par contre j'ai beaucoup aimé un personnage secondaire dont je tairais le nom mais pour ceux qui auraient déjà lu la pièce je pense que vous savez à qui je fais allusion ! Il est la petite lumière de cette histoire ! 

Au niveau de l'intrigue on ne peut pas dire non plus que j'ai été particulièrement satisfaite. Je pense qu'elle convenait parfaitement au format de pièce de théâtre qui impose beaucoup plus de contraintes qu'un récit romanesque, mais je ne peux pas m'empêcher de regretter qu'il n'y ai pas plus de détails, plus d'originalité... A vrai dire je suis certaine que j'aurais préféré voir la pièce plutôt que de la lire (mais apparemment tout est complet haha).

En bref, même si ma lecture a été plaisante et que je ne la regrette pas, j'ai davantage eu la sensation de lire une fanfiction qu'une réelle suite de cette sublime qu'est Harry Potter. Je vous conseille donc cette lecture si comme moi vous voulez vous lancer dans la lecture en VO et que vous êtes curieux, mais pour les plus mordus, n'ayez pas trop d'attentes ;) 

Un passage : “DUMBLEDORE: Harry, there is never a perfect answer in this messy, emotional world. Perfection is beyond the reach of humankind, beyond the reach of magic. In every shining moment of happiness is that drop of poison: the knowledge that pain will come again. Be honest to those you love, show your pain. To suffer is as human as to breathe.” 

9 avr. 2017

Moi après mois... Mars 2017



Courir après sa lettre de recommandation // Boucler les dossiers d'inscriptions aux écoles de commerce // Aller voir 50 nuances plus sombres // Mission accomplie pour ce film // Entre niaiserie extrême et scènes hot // Quand on y pense c'est un mélange assez étrange // Les examens qui arrivent // Deux oraux la même semaine à présenter // Pas évident de s'adapter aux exigences anglaises // Mais ça a été // Plus que trois et vacaaaances // La reprise du sport //  Parce que le régime anglais ne me profite pas du tout // Abdos intensifs // Visite d'une autre ville // Chester ou la petite ville anglaise à haut potentiel de mignonnitude // Tomber sous le charme de l'architecture moyenâgeuse // Acheter son premier Tsum Tsum au Disney Store // Un petit Winnie l'Ourson // Avoir hâte de rentrer en France pour découvrir tous les livres qui s'entassent dans sa boîte aux lettres // Des soirées anglaises qui tournent mal // Un petit restau aux airs d'été // Se dire que vraiment les anglais ne savent pas mettre du fromage dans leur Cheeseburger // Aller faire du trampoline // Avoir des courbatures comme pas possible le lendemain // Et s'entrainer encore et toujours pour les concours d'école de commerce...

31 mars 2017

Rien ni personne, Lorris Murail


La vieille dame semble avoir poussé comme un champignon, au milieu de la clairière. Quand Jeanne la trouve par hasard, elle ne réagit pas, semble égarée. Jeanne n’a que faire d’une mamie sauvage : elle s’apprête à l’abandonner à qui voudra…

… et cependant, contre toute attente, elle revient sur sa décision et l’emmène avec elle – pour un temps. La voilà dans la cabane où elle s’est établie, face à la mer, avec sur les bras cette vieille mutique qui ne lui appartient pas.
Jeanne a ses propres problèmes. En fuite, elle vise la lointaine Thaïlande, où elle espère exercer ses talents de boxeuse thaï. En effet, elle sait pouvoir encaisser les coups : son corps ne les sent pas. À l’intérieur, c’est une autre histoire.







Je remercie les éditions Sarbacane pour cet envoi !

Alors à première vue, comme ça, en regardant la couverture, on ne peut pas dire que ce roman avait de quoi me plaire !
Et pourtant, comme d'habitude j'ai fait confiance aux éditions Sarbacane et j'ai bien fait.

Jeanne est cette fille sauvage, cette fille du phare, cette fille bagarreuse et hargneuse à qui personne ne résiste. Pourquoi et comment est-elle devenue comme ça sont des questions lancinantes dont les réponses arrivent au compte-gouttes, à la manière dont Jeanne s'ouvre progressivement à la petite vieille rabougrie qu'elle a trouvé dans la forêt. Jeanne est cette huître, hirsute, blessée à l'extérieure mais qui dévoile ses trésors à qui sait l'ouvrir. 

Au fil du récit je me suis attachée à Jeanne, à la petite vieille, à ce couple mal assorti : la force brute et la fragilité incarnée, la colère en sourdine et la délicatesse affirmée...
Je ne sais pas trop comment, je ne sais pas trop pourquoi mais il y avait quelque chose dans ce livre qui m'a touché. Quelque chose d'universel, quelque chose de beau : lutter pour choisir son destin, lutter pour survivre. 

Si c'était la première fois que je lisais du Lorris Murail, j'avais déjà lu des romans de Marie-Aude Murail et c'est marrant de constater à quel point on retrouve cette même énergie, ce même brin de sauvagerie dans leurs plumes respectives.

En bref, Rien ni personne est un roman en parfaite cohérence avec la ligne éditoriale de la collection Exprim : poignant, décalé et à lire de toute urgence si vous avez besoin d'un petit coup de fouet !

Un passage : "Le regard délavé s'était figé, Jeanne crut y lire de la crainte, de la terreur peut être, une urgence aussi, comme si la vieille dame la suppliait d'achever, de livrer le fond de sa pensée"





224 pages
15,50 €

16 mars 2017

La Kube

Salut à tous ! 

Il y a quelques mois de ça j'ai été contacté par l'équipe de La Kube, box littéraire dont je vous ai déjà parlé dans cet article donnant un aperçu des box littéraires existantes sur le marché.
Et puis j'ai fait une vidéo unboxing pour vous montrer le contenu de ma jolie Kube. Et j'ai totalement oublié d'en faire un article. Je m'excuse donc auprès de l'équipe Kube, mes photos étaient pourtant prêtes mais que voulez-vous parfois ma mémoire est quelque peu défaillante. 

La voici donc devant vos yeux ébahis, la Kube Mesdames, Messieurs !


Mais que contenait-elle me direz-vous, vils impatients ? Ceci !




Alors, alors nous avons donc :
*Un joli marque-page qui s'ajoute à ma collection
*Un crayon de papier gravé au nom de La Kube
*Un carnet super original pour glisser des petits papiers avec notre ressenti sur un passage de notre lecture en cours
*Une belle carte postale
*Une nouvelle en plus (ça fait toujours plaisir de la lecture en plus)
*Un peu de thé (le cliché du lecteur et son thé n'en est pas un, j'aime vraiment le thé haha)
*Un dépliant super intéressant avec des renseignements diverses et variés sur l'actualité littéraire et la Kube
*Et enfin... le livre ! Je suis on ne peut plus heureuse de ce choix, à vrai dire j'avais failli craquer pour Red Rising à plusieurs reprises donc on peut dire que la libraire à vraiment parfaitement cerné mes attentes.

En conclusion je suis ravie de ma découverte et je suis certaine que je renouvellerais l'expérience. 
Si vous avez un cadeau à faire à une amie, un parent ou si vous voulez simplement vous faire plaisir un peu différemment, n'hésitez pas, la Kube est vraiment un choix sûr ! 

***
Sur ce je vous dis à très vite pour une nouvelle chronique ;)

11 mars 2017

89 mois, Caroline Michel


"J'ai trente-trois ans, ça y est. A quarante ans et des poussières, mon corps sera hors jeu. Il me reste donc sept grosses années pour faire un enfant, soit quatre-vingt-neuf mois. Un chiffre minuscule. A peine deux mille sept cents jours. Que peut-on faire en deux mille sept cents jours ? Rien. J'en ai déjà mis cinq à construire trois meubles Ikea."












Je remercie les éditions Préludes pour cet envoi.

Je ne sais pas trop pourquoi mais dès que j'ai lu ce résumé j'ai eu follement envie de découvrir ce roman. Mais vraiment quoi. Pourtant on ne peut pas dire que je sois très portée maternité, il faudrait déjà que je choisisse ce que je veux faire de ma vie avant de mettre un petit être braillard au monde. Enfin là n'est pas la question, cette Jeanne là, je l'ai senti tout de suite, le courant est passé entre nous et pendant toute ma lecture je n'avais qu'une envie : qu'elle soit heureuse et que ses ovules se réveillent (oui dit comme ça c'est chelou mais bon lisez ce livre vous me comprendrez).

Vous l'aurez compris dans ce livre on suit Jeanne qui a décidé que puisque le Prince Charmant ne daignait pas se manifester, son bébé elle allait l'avoir toute seule. Ce qui est marrant (et qui me fait dire que parfois quand même la vie est bien faite) c'est que, en parallèle de ma lecture, j'ai vu une émission de Mille et une vie sur le sujet (par ici pour celles ou ceux que ça intéresse). Et... en fait je ne sais pas, je crois que je ne m'étais jamais vraiment posée la question de savoir ce que je ferais dans le cas où je ne trouverais pas l'Homme, le bon, celui-ci qui me fait rire dès le matin (ça s'apparente à un miracle) et bref, voir que des femmes ont une telle envie d'avoir un enfant qu'elles sont prêtes à en avoir un toute seule... Ca ne me choque pas du tout en fait. C'est en découvrant l'émission que je me suis rendue compte que c'était tabou. Enfin, je pense que si quelqu'un est capable de passer par toutes ses épreuves pour faire naître un enfant, c'est qu'elle sera capable de l'élever au même titre que deux personnes qui font ça pour des raisons parfois beaucoup moins louables (et à qui on ne dit rien du tout).

Sinon, pour en revenir au livre en lui-même j'ai bien apprécié la plume de l'auteure, ni sublime ni banale, juste ce qu'il faut pour s'immiscer dans la tête de Jeanne et vibrer et espérer avec elle. 

En bref, une fois de plus je suis enchantée par les parutions des éditions Préludes ! 89 mois est un roman qui se lit tout seul, avec plaisir et une petite larme à l'oeil (de tendresse la larme) (oui oui c'est possible). 

Un passage : "Et ceux qui ont un père de merde, ils l'ont demandé, tu crois ? Et oui, c'est peut-être de l'égoïsme. Mais en couple aussi, il y a de l'égoïsme. Le désir d'enfant se confond parfois avec l'envie de prouver que le couple fonctionne. On fait ça parce que c'est la suite logique d'une histoire d'amour bien bâtie et on brandit le môme comme preuve qu'on tient la route."
288 pages
14,90 €

8 mars 2017

Time to choose - Mars 2017


Le Time to Choose est un rendez-vous initialement proposé par Galleane qui consiste chaque mois à choisir trois livres de sa PàL et d'en lire au moins un.

• Ma sélection de Février 



• Ma sélection de Mars  



Le mois dernier je m'étais fixée comme challenge personnel de finir les trois livres de la sélection... A vrai dire je suis plutôt contente car j'ai fini 89 mois et Rien ni personne et j'ai bien avancé dans le dernier Harry Potter (je le lis en anglais du coup je suis très lente haha). Pour le mois de mars clairement je n'arriverais pas à lire ces trois romans je suis beaucoup trop occupée et si je me lance dans le Goût du bonheur vu son épaisseur clairement je ne lirais que ça haha Enfin je pense plutôt entamer La meilleure d'entre nous dès que j'aurais fini HP (on ne fait pas attendre les SP ^^).
Bref trêve de bavardages, je m'en vais étudier ! 

***

Et vous, que voulez-vous lire ce mois-ci ? Connaissez-vous ces romans ? 

5 mars 2017

Le garçon qui courait, François-Guillaume Lorrain







 Août 1936 : un jeune athlète vient de remporter le marathon aux J.O. de Berlin ; et pourtant, il semble bien triste sur le podium. Il cache son maillot japonais. Car Kiteï Son, alias Sohn Kee-Chung, vient de Corée, pays annexé par le Japon, et il a dû courir sous les couleurs de l’ennemi.





Je remercie les éditions Sarbacane pour ce superbe envoi.

Lorsqu'on m'a proposé ce livre j'ai accepté sans la moindre hésitation ayant étudié la situation de la Corée il y a peu. Coïncidence ou pas l'histoire de la Corée me passionne : comme beaucoup je suis à la fois horrifiée et fascinée par la Corée du Nord. Et on ne peut pas dire que la Corée du Sud soit en reste au niveau des différences culturelles. Bref, un roman sur ce pays ne pouvait que m'intéresser d'autant plus qu'il apporte un éclairage original sur la Seconde Guerre Mondiale. Si vous connaissez des romans portant sur la Corée n'hésitez pas, je suis très preneuse. 

Dans ce roman on découvre Kiteï Son qui vit dans une Corée alanguie sous le poids de l'occupation ennemie. Les humiliations, les brimades, le vol, tout est fait par les japonais pour appuyer leur domination, pour écraser ces Coréens qu'ils considèrent comme une "race" inférieure. C'est dans ce contexte et à la suite d'un évènement qui changera le cours de sa vie que ce jeune garçon découvre qu'il aime courir.

L'auteur a un style agréable à lire, sans artifices, à l'image de son héros. Il nous entraîne à la découverte de l'histoire d'un homme hors du commun, au parcours tumultueux et incroyable. J'ai été frappé par la bravoure et le sang-froid dont Kiteï Son a fait preuve. Je suis tellement admirative de ces personnes apparemment comme les autres mais qui accomplissent de tels prodiges par la seule force de leur volonté (moi j'ai déjà du mal à me lever le matin faut pas me demander de courir un marathon haha).

En bref, Le garçon qui courait est un beau roman qui montre que si le corps peut être brisé par l'ennemi, la force de l'esprit, elle, est invincible. Je vous recommande chaudement cette lecture que vous soyez un amoureux de l'histoire Coréenne ou que vous ayez simplement envie de découvrir l'histoire extraordinaire d'un Coréen qui n'a jamais cessé de croire en la résurrection de son pays adoré. 

Un passage : "Tu sais qu'ici, à Berlin, règne un Allemand qui est l'ami des Japonais. Il voudra que ses amis l'emportent. Va lui montrer de quoi sont capables les ennemis de ses amis. Va lui montrer que nous sommes plus forts que ceux qui se prétendent nos maîtres..." 

288 pages
15,50€

28 févr. 2017

Moi après mois... Février 2017




Petit mois grandes émotions // Ta maman et ta soeur qui viennent passer des vacances en Angleterre // Une semaine à visiter ce sublime pays avec elles // La beauté écrasante du Windsor Castle // Un hôtel bruyant // Je commence à avoir une sérieuse aversion pour les anglais de mon âge // #laissezmoidormir // Un salon de thé inoubliable // Pas dans le bon sens du terme // Le charme paisible du minuscule Castle Combe // La modernité de Bristol // Se rendre compte là-bas que tu vas pouvoir aller au Salon du livre de Montaigu // Trop de joie // La beauté de Bath et ses bains romains // La découverte d'un restaurant fort sympathique // Se dire qu'on va vraiment trop souvent au BookCafé // Mais comment résister à leur chocolat-chaud-chantilly-marshmallow ?! // En route pour l'Irlande // Dire à bientôt à sa petite famille // Rien ni personne de Lorris Murail // Retrouver son amoureux à Dublin // Une journée d'anniversaire originale // Faire un périple de 9 heures de bus pour voir des falaises // Et ne pas pouvoir les voir DU TOUT à cause du brouillard // Y a de quoi avoir envie de boycotter ce pays // Heureusement ils vendaient de bons cupcakes // Parcourir les rues Dublinoises // Se dire que cette ville ressemble quand même beaucoup à Londres // Le petit chien du Airbnb aussi adorable que sa maîtresse // Le somptueux Dublin Castle, le Musée d'histoire naturelle, ces maisons chargées d'histoire à visiter selon le Cartoville mais fermée en réalité, Marsh's Library, la belle St Patrick's Cathedral, la Guinness Storehouse même si on déteste la bière, Temple Bar et ses soirées mouvementées.... // Back to Derby et son apparente tranquillité // Visiter un peu plus cette jolie ville anglaise // Le départ de l'amoureux // A dans 6 semaines // Le moral dans les chaussettes // Allez on se reprend en mains // 89 mois de Caroline Michel // Au programme : abdos, travail et préparation au Tage-Mage ! // Dur dur la reprise haha

23 févr. 2017

La sonate oubliée, Christiana Moreau

À 17 ans, Lionella, d’origine italienne, ne vit que pour le violoncelle, ce qui la distingue des autres adolescents de Seraing, la ville où elle habite en Belgique. Elle peine toutefois à trouver le morceau qui la démarquerait au prochain grand concours Arpèges. Jusqu’au jour où son meilleur ami lui apporte un coffret en métal, déniché dans une brocante. Lionella y découvre un journal intime, une médaille coupée et... une partition pour violoncelle qui ressemble étrangement à une sonate de Vivaldi. Elle plonge alors dans le destin d’Ada, jeune orpheline du XVIIIe siècle, pensionnaire de l’Ospedale della Pietà, à Venise, dans lequel "le prêtre roux", Antonio Vivaldi, enseignait la musique à des âmes dévouées.
Entremêlant les époques avec brio, ce premier roman vibrant nous fait voyager à travers la Sérénissime, rencontrer l’un des plus grands compositeurs de musique baroque, et rend un hommage poignant à ces orphelines musiciennes, virtuoses et très réputées au XVIIIe siècle, enfermées pour toujours dans l’anonymat.


Je remercie les éditions Préludes pour cet envoi.

Dans La Sonate oubliée on suit Lionella une jeune fille outrageusement passionnée de violoncelle : dans sa vie il n'y a pas de place pour autre chose que pour cet instrument. C'est lui qui la fait vibrer, qui la bouleverse, qui l'émeut et l'accable et surtout, qui pare sa vie de ses plus belles émotions. 

Lorsque son meilleur ami lui apporte timidement les fruits de sa recherche minutieuse aux puces, il est bien loin de se douter qu'il va changer le destin de la jeune fille. En lui offrant une boîte contenant un bijou, un journal et une mystérieuse partition c'est un nouveau monde qui s'ouvre pour Lionella mais aussi pour nous lecteurs, qui entrons dans le monde de Ada, une orpheline ayant vécu au XVIIIè siècle, un siècle plein de faste et de misère, un siècle où la musique de Vivaldi retentissait fort ! J'ai adoré découvrir un nouveau personnage de cette façon et j'avoue avoir eu une nette préférence pour le récit de la vie d'Ada, bien plus intriguant à mon goût. Pour elle, tout comme pour Lionella, la musique n'est pas qu'un divertissement, c'est sa vie, son quotidien. C'est bien là la beauté de ce livre qui réuni par leur passion dévorante pour cet instrument deux jeunes filles séparées par les siècles.

Pour ce premier roman, l'auteure a fait le choix d'utiliser deux styles d'écriture bien différents au gré des alternances entre Ada et Lionella. Bien que je comprenne ce choix je n'y ai pas forcément adhéré : j'aurais préféré qu'elle rédige tout le roman avec la même virtuosité qu'elle employait pour Ada et au diable le réalisme ! Plus généralement je me suis davantage attachée au personnage de Ada qui, malgré son quotidien miséreux, continuait à trouver du bonheur dans les choses simples de la vie. A travers son journal on s'immisce au plus profond de sa pensée que j'ai trouvé profonde et touchante, là où Lionella m'a semblé un brin plus égocentrique et suffisante.

En bref, La Sonate oubliée est un roman à part : avoir envie d'écouter du violoncelle en lisant ça ne m'arrive pas tous les jours ! C'est un livre poétique et enchanteur qui m'a aussi donné une folle envie de découvrir Venise et ses secrets.

Un passage : Il y a bien une âme dans un violoncelle. L'âme, cette pièce d'épicéa placée à l'intérieur de la caisse de résonance. L'âme qui transmet les vibrations des cordes au fond de l'instrument. C'est du violoncelle qu'émane la sonorité la plus proche de la voix humaine, et le sien lui murmurait des mots secrets et doux, implorait les caresses de l'archet par des plaintes et des soupirs, avec des nuances de voix graves et rondes.


15,60€
256 pages

17 févr. 2017

Love Me Like you Do, Alexandra Lanoix


"Après un mariage douloureux, Emma Martel se reconstruit peu à peu. Avec le coup de pouce de sa meilleure amie Josy, elle deviendra une photographe de mode réputée au fil des années. Malgré la passion de son métier, elle préféra quitter ce monde de paillettes pour une vie plus simple, même si elle est vide d’amour. Depuis son divorce, Emma se refuse aux hommes qui croisent son chemin, à cause de son lourd secret. Sur l’invitation de son amie, elle passera les vacances d’été à Malte dans la demeure du nouveau boy-friend de celle-ci, le richissime vendeur d’art, David Warner. La photographe tombera instantanément sous le charme de ce mystérieux millionnaire dont l’attirance est réciproque. Toutefois, Emma n’oubliera pas que c’est le mec de sa meilleure amie et se pose bien des questions sur le choix à prendre. Écoutera-t-elle sa tête ou son cœur ? "



Je remercie Alexandra Lanoix pour l'envoi de son superbe roman !

Après avoir beaucoup aimé le tome 1 de Rendez vous avec ma star, j'étais impatiente de découvrir ce que l'auteure nous réservait dans ce nouveau roman que j'espérais à la hauteur du précédent.

Tout d'abord, j'ai encore une fois adoré le personnage féminin, plutôt original pour une romance puisque Emma est une femme mature. Si elle sait ce qu'elle veut, elle n'en reste pas moins blessée par la vie et méfiante envers les hommes et cette dualité la rend complexe et donc à haut potentiel attachante. Loin des clichés, Alexandra Lanoix dresse le portrait d'une femme qui pourrait être l'une d'entre nous, une femme ordinaire tout simplement. C'est ce que j'aime avec cette auteure : elle sait rendre réaliste ses histoires d'amour.
Les personnages secondaires m'ont aussi pas mal plu bien qu'un peu plus "clichés" à mon goût : l'homme charismatique à qui rien ni personne ne résiste et la bimbo écervelée et égocentrique m'ont paru un brin moins approfondis qu'Emma et par conséquent, moins attachants.

De plus, j'ai été ravi de constater que la plume de l'auteure était toujours très agréable à lire et de qualité et l'intrigue rondement menée : je peux vous dire que le suspens était de la partie ! 

Encore une fois Alexandra Lanoix me prouve qu'il existe des trésors dans l'auto-édition (et que j'ai eu raison de me laisser tenter !). D'ailleurs, j'aimerais vraiment qu'une maison d'édition se penche sur cette auteure qui a su me convaincre par son talent. (En écrivant cela je me rends toutefois bien compte qu'elle ne souhaite peut être pas être publiée... Alexandra si tu passes par là, n'hésite pas à éclairer ma lanterne !). Je ne peux en tout cas m'empêcher de rêver au bonus que le travail d'un éditeur apporterait à ce roman qui a déjà tout d'un grand.

En bref, sans révolutionner le genre Love Me Like you Do est une romance comme je les aime : forte en émotions et chargée en suspens.

Un passage : Un flot de sentiments contradictoires m'avaient envahi. Le bien et le mal, la bonne et la mauvaise décision à prendre. Pourtant j'étais sûre de deux choses ; mon amitié pour elle me déchirait, et mon désir pour lui me dévorait.

314 pages
15,90€
ou 0,99€ en format e-book

12 févr. 2017

Time to choose - Février 2017




• Ma sélection de Janvier


• Ma sélection de Février 





Alors alors... On peut dire que janvier a été un bon mois puisque j'ai lu non pas un mais deux livres de ma sélection ! J'ai d'abord dévoré Love Me Like you Do de Alexandra Lanoix dont la chronique arrivera dans la semaine (mais je peux déjà vous dire que mon avis est ultra positif). Puis j'ai enchaîné sur le tumultueux Gabrielle qui m'a complètement transporté, chamboulé, anéanti... Ce pavé avait un goût de trop peu aussi je me suis empressée de commander la suite ! 
Pour le mois de février je pense bien réussir à lire ces trois livres, c'est mon petit challenge personnel :)

Et vous que comptez vous lire ce mois-ci ? 



1 févr. 2017

Moi après moi... Janvier 2017



Un 1er janvier habituel... // Pas trop vite, les gars // Finir sa valise // 23kg c'est lourd // La Sonate Oubliée // Commencer un bullet journal avec sa maman // Un dernier restaurant en amoureux // Se rendre compte à la fin qu'il y a un changement de propriétaires // Comprendre pourquoi le menu paraissait tellement excentrique // Avoir peur de ne pas arriver vivante en Angleterre en voyant cet espèce d'avion ridicule // Avoir les larmes aux yeux en arrivant à Birmingham // Se dire qu'heureusement qu'on était pas toute seule pour faire le chemin jusqu'à Derby // Arriver dans sa chambre // Changer de chambre parce que dormir avec une route en dessous de sa fenêtre c'est vraiment horrible // Se retrouver dans une nouvelle coloc où cette fois le bruit vient des gens // Mais au moins la cuisine est propre // Et il y a du savon dans les toilettes // Passer quelques jours de grande solitude anglaise // Aller voir La La Land sans grand enthousiasme // Bien apprécié // Commencer à regarder Gilmore Girls // Terrible cette série ! // S'inscrire à la salle de sport // Il vaut mieux vu comme je mange par ici // Finir Love Me Like you Do // Rencontrer les autres Erasmus // Pas évident d'arriver à sympathiser quand on ne parle pas couramment anglais // Mais tellement intéressant de découvrir toutes ces différentes cultures // Etre un peu perdue // Ces cours si différents des méthodes français // Appeler les profs par leurs prénoms // Ne pas avoir trop de motivation // Avoir trop de temps à tuer pour réussir à s'organiser // Se renseigner pour les inscriptions aux masters, aux écoles de commerce... // Booooring // Sortir plus en 2 semaines qu'en 2 ans de licence // Nottimgham // Un nouveau QG, BookCafé mon amour ♥︎ // Se rendre compte d'à quel point ton amoureux te manque lorsqu'il vient te voir quelques jours // Prendre les billets d'avion pour Dublin... 

29 janv. 2017

Volutes Féminines, Mickaël Gil





La femme et la cigarette ou l'opposition entre la beauté et le poison dans un recueil de courtes nouvelles qui s'articule autour d'un geste et de ses multiples définitions. Une introspection afin de montrer ce qu'on ne voit plus et redécouvrir l'acte de fumer sous un angle réaliste et original. Traductions multiples de la relation entre féminité et tabagisme, ces nombreux focus ont pour but d'apporter des nuances et un regard plus humain sur les fumeuses.








Je remercie Mickaël Gil de m'avoir donner l'opportunité de découvrir son recueil de nouvelles.


J'ai découvert le travail de Mickaël sur Instagram, j'aimais beaucoup son compte et c'est tout naturellement que j'ai accepté de lire son ouvrage.

A vrai dire je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre aussi je m'y suis plongée comme on se jette dans l'inconnu et j'ai beaucoup apprécié ma lecture.

J'ai toujours peur de la qualité d'écriture avec l'auto-édition parce que la plume de l'auteur est vraiment essentiel pour moi et si je ne l'apprécie pas j'ai généralement beaucoup de mal à me concentrer sur le récit. Or ici j'ai eu le plaisir de lire des mots simples mais délicats et travaillés. On peut donc dire que de ce point de vue là c'est une totale réussite ! 

Ensuite, le contenu. Le recueil est divisé en différentes parties composées de nouvelles et de photos. J'ai apprécié l'ordre qu'a fait régner l'auteur dans son ouvrage, il gagne en cohérence et c'est agréable pour le lecteur d'avoir une sorte de fil conducteur puisque si les nouvelles  tournent autour du même thème, elles ne se suivent pas pour autant. 

Pour tout avouer le thème de la cigarette ne m'intéressait pas spécialement mais Mickaël a réussi le tour de force de rendre fascinant ce bout de papier sur-pollué et incandescent. J'ai pris plaisir à tourner les pages pour voir où il allait m'emmener à chaque fois et j'ai aimé me laisser surprendre par des facettes de la cigarette auxquelles je n'aurais pas forcément pensé.

En bref, Volutes féminines est un joli recueil de nouvelles que je vous conseille que vous soyez fumeuses (ou fumeurs, il y a peut être des représentants de la gent masculine sur ce blog qui sait) ou non !

Un passage : "Alors elle boit parfois, elle fume souvent, pour se défaire du froid de l’hiver et couper sa faim. Pour mieux ignorer les insultes de ces mâles frustrés et oublier la solitude dont on lui fait cadeau. Pour torturer son corps afin de lui donner l’apparence de son physique, pour détruire cette beauté intérieure que plus personne ne cherche à voir." 


142 pages
0,99€ (e-book) ou 
11,90 € version papier sur Librinova)

21 janv. 2017

Week-end à 1000 - Janvier 2017


Hi ! Je reviens vers vous avec un petit article sur le Week-end à 1000 qui se déroule... ce week-end. Oui oui on ne peut pas dire que je m'y prenne très à l'avance haha
Pour ceux qui ne connaisse pas, le principe est très simple : lire 1000 pages en un week-end c'est-à-dire entre vendredi soir 19h et dimanche minuit. Je vous invite également à aller voir sur le blog de Lili Bouquine pour plus d'informations notamment les dates des prochains Week-end à 1000 et d'autres challenges de ce type !

Voici ma petite sélection de ce week-end (et à l'heure où je vous parle à moins qu'un miracle ne se produise je doute fort de pouvoir réussir mais peu importe, le but est de me booster dans mes lectures !)

*Little Women de Louisa May Alcott - 50 pages (pour me forcer à lire en anglais !)
Le Goût du bonheur de Marie Laberge - 867 pages

Total : 917 pages


  




☁︎☁︎☁︎

♥︎ 19h : Grosse soirée avec tous les étudiants internationaux, autant vous dire que ce n'est pas ce soir que je vais commencer à lire !

- Samedi -

♥︎ 0h : une petite quarantaine de pages lues... on a vu mieux haha

- Dimanche -

♥︎ 11h30 : tout juste levée, une petite centaine de pages avalée...
♥︎ 0h : J'ai finalement lu 200 pages en tout et pour tout de Le goût du bonheur ! Je suis contente malgré cet échec cuisant parce que ça m'a forcé à me remettre sérieusement à lire. Donc finalement c'est plutôt une réussite (et j'adore ma lecture !)


A suivre !