4 août 2015

Bison, Patrick Grainville

Quatrième de couverture :
Philadelphie, 1828. Promis à une belle carrière d'avocat et de peintre mondain, George Catlin voit une délégation d'Indiens se rendre à Washington pour négocier des traités. Il est ébloui par la superbe des cavaliers. Bientôt, le peintre renonce à ses portraits de citadins huppés, il quitte sa femme, sa ville, son confort, enfourche son cheval pour galoper le long du Missouri et du Mississippi à la rencontre de dizaines de tribus. La grande prairie est vierge. Nuls colons, nuls cow-boys. Des millions de bisons. Catlin est le premier à saisir sur le vif, armé de sa palette et de son pinceau, l'épopée des Indiens. Il réalise d'inoubliables portraits, recueille une incroyable moisson d'objets, son fameux « musée indien » qui fascinera quelques années plus tard George Sand et Baudelaire.


Tout d'abord, je tiens à remercie le site Livraddict ainsi que les éditions Points pour leur envoi.
Dans ma courte existence je n'ai lu que deux livres sur les indiens d'amérique : celui-ci et Mille femmes blanches de Jim Fergus que je vous recommande au passage. Mais malgré ce score pitoyable, il faut croire que la vie des indiens me passionne ! Alors si vous avez des titres de romans à me proposer n'hésitez pas :)

Bison est un roman, certes, mais c'est aussi plus que ça. A la fois documentaire et roman d'aventure, roman historique et roman d'amour... Ce livre est une sorte d'ovni de la littérature qui, à travers le personnage de Georges Catlin (peintre du ... ème), nous donne à voir ce à quoi pouvait ressembler la vie des indiens avant leur massacre.

Georges Catlin avait pour volonté de constituer un musée sur les indiens afin que leurs coutumes, leurs mœurs, ne soient pas oubliées. Pour se faire il parcourt les étendues sauvages des Etats-Unis, va à la rencontre des tribus qui lui donne ou échange des objets pour sa collection.

Parallèlement on suit la vie d'une tribu indienne Sioux. Entre rites, danses, enlèvements, attaques, surprises, chasses... leur vie est en perpétuel mouvement, passionnante et colorée.

J'ai vraiment adoré suivre les exploits des guerriers, les amours indiens, même si la plume de l'auteur peut parfois s'avérer un peu lourde, surtout lors de ses envolées lyriques sur les paysages.

Bison est un roman qui m'a fait voyager dans le temps, au temps où les bisons paissaient tranquillement, où les indiens vivaient en harmonie avec la nature, où les bisons occupaient une place centrale dans leur vie.

J'ai aimé me plonger dans l'atmosphère chatoyante, vivante, entêtante de ce roman qui m'a donné envie d'en savoir plus sur les indiens.

En bref, Bison est un livre que j'ai adoré, que je conseille de tout coeur, que vous soyez ou non fin connaisseur des indiens.

Un passage : "La longue-vue permettait au peintre de scruter en profondeur la vallée de la rivière des Couteaux. Elle se déroulait étroite et comme infinie entre des bois, quelques collines peu élevées, des rocailles. Les Crows avaient installé leurs wigwams dans un méandre calme planté de bouleaux et de saules. C'était toujours pour Catlin la même fascination devant un campement encore lointain, mystérieux, clos dans son intimité. La centaine de tentes échelonnées se chevauchant dans la perspective, rapetissant, enveloppées par l'espace gigantesque. L'impression de majesté, de silence, de paix. Les teepees sphériques et pointus... La beauté du monde humain alliée à celle du paysage. Identiques. Voir cela. Le contempler à satiété. Etre envoûté. Vivre."


7,20 €
336 pages

4 commentaires:

  1. Je retiens Mille femme blanches de Fergus ! ^^

    RépondreSupprimer
  2. Je ne connaissais pas...la honte mais merci!

    RépondreSupprimer
  3. Je ne connais pas du tout, mais il m'intéresse... je note :D merci pour cette découverte!

    RépondreSupprimer
  4. Je note également, il semble intéressant =)
    Je te conseille également Faillir être flinguée de Céline Minard, un Western féminin qui explore les vies de plusieurs personnages jusqu'à la construction d'une ville. Très intéressant, même si on voit peu d'indien, cela reste dans l'esprit de vie en communion avec la nature.

    RépondreSupprimer

Merci pour votre petit mot ♥