10 nov. 2013

La lettre à Helga, Bergsveinn Birgisson

Quatrième de couverture :
« Mon neveu Marteinn est venu me chercher à la maison de retraite. Je vais passer le plus clair de l’été dans une chambre avec vue plongeante sur la ferme que vous habitiez jadis, Hallgrímur et toi. » Ainsi commence la réponse – combien tardive – de Bjarni Gíslason de Kolkustadir à sa chère Helga, la seule femme qu’il aima, aussi brièvement qu’ardemment, d’un amour impossible.
Et c’est tout un monde qui se ravive : entre son élevage de moutons, les pêches solitaires, et sa charge de contrôleur du fourrage, on découvre l’âpre existence qui fut la sienne tout au long d’un monologue saisissant de vigueur. Car Bjarni Gíslason de Kolkustadir est un homme simple, taillé dans la lave, pétri de poésie et d'attention émerveillée à la nature sauvage.
Ce beau et puissant roman se lit d’une traite, tant on est troublé par l’étrange confession amoureuse d’un éleveur de brebis islandais, d’un homme qui s’est lui-même spolié de l’amour de sa vie.

 
J'ai reçu ce livre dans le cadre des matchs de la rentrée littéraire PriceMinister-Rakuten et je les remercie de tout cœur car, autant le dire tout de suite, j'ai beaucoup aimé La lettre à Helga.
 
Dès les premières pages on entre dans l'univers de Bjarni, fermier de 90 ans ô combien poétique. On est plongé au cœur même de sa vie qu'il retrace brièvement, ainsi qu'au centre de ses pensées, qui tournent la majorité du temps autour de Helga (en même c'est à elle qu'il écrit la lettre, normal). Bjarni parle de la façon dont il a résisté à son amour mais aussi à son désir pour Helga. Puis il nous emmène vers les hauts sphères du bonheur qu'il a côtoyées pour mieux en chuter après. 
Ce livre m'a fait l'effet d'un rêve, d'un songe. On le lit sans s'en apercevoir et on en ressort avec un goût de nostalgie sur la langue.
 
J'imagine que le style d'écriture de Bergsveinn Birgisson y est pour quelque chose. Il arrive à mêler simplicité, poésie et langage rural de façon tout à fait naturelle, sans jamais tomber dans la vulgarité ou le cliché.
 
Quant aux personnages je n'ai pas vraiment réussi à m'attacher à Unnur, la femme de Bjarni, trop enfermée dans sa douleur pour véritablement m'émouvoir. On ressent également un certain détachement de la part de Bjarni envers elle bien qu'il soit attentionné et tente de la comprendre. Au final on connait assez peu Helga, sauf à travers les descriptions de Bjarni, mais j'aurai eu besoin d'un point extérieur pour la trouver réellement sympathique. Et puis on trouve également diverses personnages mais l'auteur reste assez en surface, on ne fait que les croiser brièvement. Enfin, Bjarni lui-même m'a un peu agacé dans son ambivalence : dès qu'il obtient ce qu'il veut hop! il fuit. C'est assez frustrant pour le lecteur. Mais il reste un personnage complexe et agréable à suivre, auquel je me suis finalement attachée. 
 
En bref, ce livre n'est pas un coup de cœur mais passe comme une lettre à la poste (haha). Si vous aimez l'Islande, le monde rural, les atmosphères un brin nostalgique et les histoires d'amours impossibles je vous conseille vivement La lettre à Helga.  

Je lui attribue la note de 15/20.

Un passage: "J'ai senti que j'aimais cette pauvre moribonde, cette femme agonisante qui n'avait pour ainsi dire personne au monde. Il m'a paru que j'avais eu raison de croupir dans mon coin avec elle pendant toutes ces années. Sinon, qui ce serait occupé d'elle ? Des larmes ont roulé le long de ses joues comme de toutes petites vagues de chagrin. A l'extérieur de la maison de retraite, c'était le soir, la circulation avait presque cessé. La lueur d'un réverbère entrait dans la chambre et faisait luire ses joues mouillées de larmes. Et puis elle est morte. Au milieu de la nuit. Dans un rêve. "


144 pages
16,50 €

.

7 commentaires:

  1. Ah je suis contente que ton livre pour le match de la rentrée littéraire t'ai plus =) Cette histoire donne envie de s'y plonger de retrouver le protagoniste dans cette nature et de comprendre pourquoi il a laissé filer l'amour...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Laisse toi tenter je ne pense pas que tu le regretteras :)

      Supprimer
  2. Je ne connaissais pas, merci pour ta chronique!

    RépondreSupprimer
  3. Je le prendrai à la bibliothèque, je pense que je me laisserai prendre à son charme, même s'il ne se passe pas grand chose.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que ce n'est pas un livre plein de rebondissements mais on ne s'y ennuie pas non plus :) Préviens moi si tu le lis :)

      Supprimer
  4. J'ai bien aimé même si parfois la rudesse des mots du narrateur m'a dérangé. C'est vrai qu'on connait très peu également finalement à la fin de roman, seulement à travers les yeux de celui qui écrit la lettre (dont je n'ai pas réussi à retenir le nom!!)

    RépondreSupprimer

Merci pour votre petit mot ♥