4 avr. 2014

Lorenzaccio, Alfred de Musset

Couverture de Lorenzaccio (1834), Alfred de MussetQuatrième de couverture:

Personnage grossier, brutal, le duc Alexandre de Médicis dirige la ville de Florence. Se désintéressant de sa haute fonction, méprisant la bourgeoisie comme le peuple, il passe son temps dans le lit des femmes. Son jeune cousin Lorenzo s'est donné pour but de libérer Florence de la tyrannie d'Alexandre. Mais parviendra-t-il à assassiner le duc ? Saura-t-il surmonter les tourments de sa conscience ? AvecLorenzaccio, Alfred de Musset signe l'un des drames les plus célèbres du théâtre romantique.








J'ai lu cette pièce il y a quelques mois déjà car je l'ai étudiée en cours de Littérature en vue du bac. Et puis, je me suis dis que ce serait marrant de la chroniquer maintenant que je la connais par cœur (j'exagère à peine, je connais VRAIMENT le résumé de toutes les scènes...).

Bref, c'est George Sand qui est à l'origine de cette pièce: étant l'amante de Musset, elle lui a offert une scène historique (sorte de petite pièce de théâtre mais non destinée à la scène, ne vous fiez pas à son nom) inspiré d'une chronique de l'historiographe Varchi sur le véritable assassinat d'Alexandre de Médicis par le véritable Lorenzo de Médicis. Enfin, je ne vais pas vous ressortir tout mon cours sinon on risque d'en avoir pour longtemps !

Lorenzaccio est une pièce très riche, très dense où différents niveaux d'intrigues se mêlent à de nombreux personnages. Je pense que c'est une œuvre qu'il faut lire plusieurs fois pour bien en saisir tous les ressorts. Ainsi, au début de ma première lecture j'ai eu un peu de mal à entrer dans la pièce. Mais, après un moment de flou, on réussit à se repérer dans les différentes actions de chacun.

D'ailleurs, en parlant de personnage, j'ai beaucoup apprécié Lorenzo, un homme ambigüe et complexe qui tient beaucoup du héros romantique, torturé, très noir, rêveur...
Les femmes aussi, assez présentes dans la pièce, m'ont plu. Seulement, après coup on se rend compte qu'elles occupent un rôle négligeable; elles ne sont que des poupées, des pions manipulables qui subissent leur sort ou servent juste à faire avancer l'intrigue (telle que Louise par exemple).

En conclusion, Lorenzaccio est une pièce classique qui se lit bien et sur laquelle je vous conseille de vous pencher. Seulement, je pense qu'il serait bon de la lire avec des éclaircissements à porter de main afin de la cerner le mieux possible.


Un passage : "Tu me demandes pourquoi je tue Alexandre ? Veux-tu donc que je m'empoisonne, ou que je saute dans l'Arno ? veux-tu donc que je sois un spectre, et qu'en frappant sur ce squelette... (Il frappe sa poitrine.) il n'en sorte aucun son ? Si je suis l'ombre de moi-même, veux-tu donc que je rompe le seul fil qui rattache aujourd'hui mon cœur à quelques fibres de mon cœur d'autrefois ? Songes-tu que ce meurtre, c'est tout ce qui me reste de ma vertu ?"


249 pages
3,50 €


Challenge classique 4
 

9 commentaires:

  1. Je n'ai pas lu celle-ci, il faut que je le fasse!

    RépondreSupprimer
  2. Les pièces que j'ai lu de Musset jusqu'à maintenant n'étaient pas exceptionnelles ^^' Je m'attendais à mieux mais celle-ci me tente bien, autant par son résumé que par l'histoire derrière (la liaison entre Sand et Musset :P) Merci pour ton avis !

    RépondreSupprimer
  3. Ah j'ai fais un exposé sur l'auteur il y a peu en cours de théâtre, et je dois dire que cette pièce m'intrigue pas mal =)

    RépondreSupprimer
  4. Ah, je l'ai aussi pour le bac... A choisir, je préfère notre deuxième oeuvre obligatoire sur le surréalisme "Les mains libres". :p

    RépondreSupprimer
  5. Hum hum... Je vais y penser! =)
    A bientôt!!

    RépondreSupprimer
  6. Ton blog est super, j'aime beaucoup !

    RépondreSupprimer
  7. Tu en donnes des informations très intéressantes, je ne savais pas que c'est Georges Sand qui l'avait inspiré. Je dois avouer que je ne l'ai pas (encore) lu

    RépondreSupprimer

Merci pour votre petit mot ♥