22 août 2017

La fourmi rouge, Emilie Chazerand

Vania Strudel a 15 ans et :

- un père taxidermiste qui l'emmène à l'école à bord de sa « ouafture »
- une ennemie jurée, qui est aussi la fille la plus populaire du lycée
- un oeil qui part en vrille, et une vie qui prend a peu près la même direction

Bref, son existence est une succession de vacheries.

Mais un soir, elle reçoit un mail anonyme qui lui explique qu'elle n'est pas une banale « fourmi noire » sans ambition.
Elle serait plutôt du genre FOURMI ROUGE.




Je remercie les éditions Sarbacane pour ce bel envoi.

La Fourmi Rouge... je savais rien qu'à sa couverture et son résumé que j'allais aimer ce roman mais jamais je n'aurais imaginé que je l'aimerais autant.

Vania, l'héroïne aux airs de Georgia Nicholson française, m'a fait passer un moment de lecture d'une rare intensité ; je crois sérieusement n'avoir jamais autant ri en lisant un livre. C'est simple, sa biographie pourrait s'intituler "Vania originale malgré elle". Et pour cause, la vie de Vania Strudel est pour le moins... compliquée. Toutefois, les rebondissements et péripéties qui parsèment sa vie ne seraient rien sans son humour délicieusement cynique. Qu'on se le dise, à côté d'elle les maîtres de l'humour noir peuvent aller se rhabiller. 
Vania c'est un peu la super copine que toute adolescente rêve d'avoir en secret, elle est un véritable paratonnerre au ridicule ! Dès qu'une situation extrêmement gênante doit arriver, elle le sait, elle le sent (pardon pour cette reprise involontaire de Diam's) c'est sur elle que ça va tomber.

En réalité, Vania c'est juste une ado normale : tous les malheurs du monde semblent lui tomber dessus et chaque événement de sa vie est amplifié puissance un million, mais c'est ce qui fait son charme !
Je suis persuadée que peu importe votre âge ce roman pourra vous plaire, que vous soyez en pleine crise d'adolescence ou que vous en soyez sorti depuis des années vous ne pourrez qu'être charmé par le formidable enthousiasme que dégage ce livre. Ce roman c'est de la dynamite pure et je suis vraiment heureuse de l'avoir lu : en plus d'être un sacré page-turner, c'est le meilleur antidépresseur que je ne connaisse !

Je ne connaissais pas Emilie Chazerand mais il est clair que je serais dans les starting-blocks si elle ressort un livre ! J'ai juste adoré sa plume survoltée et exaltée qui donne un ton totalement libérateur à son roman mené tambours battants. En le lisant on a juste envie de faire péter ses complexes, d'atomiser ses préjugés et surtout de crever les yeux de Charlotte Kramer (l'ennemie jurée de Vania). 

En bref, un roman addictif, drôle et intelligent : un seul conseil, lisez-le !

Un passage : "Au fond, je suis surtout handicapée par une propension irrépressible à tout faire de travers : je ne porte pas les bons vêtements, je n’écoute pas la bonne musique, je n’ai pas les bons hobbies. Quoi que je fasse, je suis à côté. C’est comme ça depuis toujours.
Mais pour une fois, je plaide non coupable : c’est une question de génétique, une affaire de famille. J’ai également reçu en héritage la sensation de jambes lourdes, la peur du vide et une tendance naturelle au ridicule.
Mon père reste pour moi le plus grand et fier représentant de cette lignée. J’ai un bon milliard d’anecdotes pour le prouver.
Au hasard : la fête d’anniversaire de Karen Boutboul. Elle fêtait ses six ans, et papa avait tenu à ce que je lui fasse cadeau d’un chaton. Empaillé.
Ah oui, j’oubliais : mon père est taxidermiste. (Vous voyez : je n’exagérais pas en parlant de « tendance naturelle au ridicule ».) Lui, il affirme que c’est bien plus qu’un métier ou une passion. Que c’est une véritable vocation.
« Pour offrir l’éternité à vos cher compagnons,
je suis le champion. »
Ça, c’est ce qu’il a fait imprimer sur ses cartes de visite (car oui, il est également adepte de rimes pauvres et jeux de mots nuls).
Cependant, je dois reconnaître que son commerce marche étrangement bien.
Dans l’esprit de mon si fantasque géniteur, ce cadeau superbe aurait dû m’assurer à jamais l’amitié de Karen. Seulement voilà : elle a hurlé en voyant le contenu du paquet. Sa mère a hurlé en voyant le contenu du paquet. Les huit autres fillettes ont hurlés en voyant le contenu du paquet.
Moi, je ne sais pas trop pourquoi, je m’efforçais de continuer à sourire. Ce qui me donnait un air de sadique comme on en voit seulement dans Esprits Criminels."
254 pages
15,50 €

9 commentaires:

  1. Tu me donne vraiment envie de le lire :)

    RépondreSupprimer
  2. C'est clair, j'attends aussi avec impatience le prochain roman de l'auteure ^^

    RépondreSupprimer
  3. Tout à fait d'accord, ce roman est une pépite. J'ai hâte de découvrir à nouveau cette auteure

    RépondreSupprimer
  4. Eh bien, effectivement tu donnes envie de découvrir !! =) Ton passage choisi m'a bien plu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ce n'est qu'un passage ! Dis toi que tout le livre est comme ça ^^

      Supprimer
  5. J'ai reçu ce livre également et j'ai vraiment hâte de le découvrir. Il semble original :)

    RépondreSupprimer
  6. J'ai adoré moi aussi ! :D Très drôle et émouvant par moments, je serai aussi prête pour les prochains livres de l'auteure !

    RépondreSupprimer

Merci pour votre petit mot ♥