La fin de la solitude, Benedict Wells


« Une enfance difficile est comme un ennemi invisible ; vous ne savez jamais quand il va se retourner contre vous. »

Jules n’a rien en commun avec ses frères et sœurs, Marty et Liz. Rien à part le tragique accident de voiture qui leur ôte leurs parents, alors que l’aîné de la fratrie n’a pas même douze ans. Après le drame, les orphelins deviennent des étrangers les uns pour les autres.
Jules, autrefois si sûr de lui, devient le plus solitaire des trois. Il évolue dans un monde imaginaire avec pour seule amie Alva, la mystérieuse Alva.
Les années passent. Mais le passé sera toujours là pour les rattraper.





Je remercie les éditions Slatkine & co pour cet envoi.


Dans ce roman on suit l'histoire de Jules, narrateur et homme sensible au passé difficile. On peut dire que mon attention a été retenu par la façon dont le récit est agencé : on découvre l'histoire de Jules à la manière d'un patchwork de souvenirs et c'est à nous de recréer le lien. Et des souvenirs c'est pas ce qu'il lui manque à Jules... Ils sont tous là, en vrac, bien éparpillés. Mais l'histoire se construit et petit à petit la toile se tisse. Je me suis laissée prendre au jeu, me laissant porter par ma curiosité envers Jules.

C'est bien l'intrigue plus que la plume de l'auteur qui m'a tenu en haleine. J'avoue ne pas avoir accroché aux tournures de phrases un brin froides et impersonnelles de Benedict Wells. 
J'étais plus spectatrice qu'actrice du récit, je me sentais comme une observatrice un peu détachée. C'est d'ailleurs bien ce que je reproche à ce livre : je n'ai pas ressenti d'émotions, je n'ai pas vibré alors qu'il y avait clairement matière pour !


En bref, un roman qui ne m'a pas transcendé mais intéressant et peu commun.


Un passage : "Alva était très réservée. Nous sommes allés plusieurs fois au restaurant ensemble, mais elle était presque timide, elle ne disait quasiment rien, au début. Normalement, dans ces cas-là, je me sens obligé de lancer la conversation, et peut-être aussi de me mettre un peu en scène. Mais en sa présence, j’ai savouré le silence en moi, pour la première fois. C’était comme une main fraîche sur un front brûlant."


20,00 €
285 pages

Commentaires

  1. Et bien le titre m'a intrigué dommage qu'il ne sorte pas du lot :/

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre petit mot ♥

Posts les plus consultés de ce blog

Café ! Un garçon s'il vous plaît, Agnès Abécassis

Horizon Crash, Scott Westerfeld

Marque-page #44